Parapsychologie

530

Éclaircissement sur la parapsychologie

On peut définir la parapsychologie comme la capacité d’un individu à percevoir ou recevoir des informations logiquement inaccessibles sans l’usage des cinq sens.
Elle est souvent réduite à la simple prédiction du futur mais son rôle et ses possibilités vont bien plus loin.
La parapsychologie c’est aussi un phénomène de société et une corporation de professionnels mal reconnus.

Comment fonctionne la parapsychologie, d’où vient-elle, peut-on devenir voyant ? De nombreuses réponses suivra….

Une petite chronologie
La divination est aussi vieille que l’homme car de par sa nature, l’homme a toujours été soucieux de connaître de quoi serait fait son lendemain. Les premiers hommes inventèrent des systèmes leur permettant d’écouter et de ressentir le monde autour d’eux. Lectures de signes, interprétations de présages faisaient le quotidien de ces peuples qui jouaient leurs survies à la moindre décision.

Ainsi nous retrouvons dans toutes les cultures, civilisations et traditions la présence d’êtres particuliers, dépositaires d’une connaissance et d’une sagesse avisée.

Guérisseurs, mages, chamans, pas un continent, pas une ethnie, pas une tribu n’ont échappé à leurs présences. Et la divination a traversé les âges, tantôt appuyée par les puissants, tantôt pourchassée. Elle s’est adaptée à notre monde et aujourd’hui, alors que nos sciences et nos technologies n’ont jamais été aussi performantes, les arts divinatoires, eux, n’ont jamais connu un tel engouement. C’est la preuve du malaise de l’homme occidental qui ne trouve toujours pas les réponses aux questions existentielles qu’il se pose. « Qui suis-je ? », « Où vais-je ? », « Pourquoi ? » ; l’homme face à sa vie a besoin d’un sens, d’un absolu, d’une vérité qui lui permet de se comprendre et d’avancer.

La parapsychologie est-elle un don ?

Parler d’elle comme d’un don, ne fait qu’entretenir le mystère et l’étrange autour de cette capacité. Cela n’enlève rien au coté fascinant de la parapsychologie. Car dans leurs meilleures performances certains voyants sont capables de prouesses remarquables. Mais c’est précisément parce que nous n’avons pas toutes les clés de son fonctionnement psychique qu’elle est fascinante. Et puis bien sûr, ce qui ne s’explique pas ou mal, prend toujours des appellations plus poétiques, propres à fasciner l’imaginaire et à entretenir les légendes.

Mais la parapsychologie est un don dans le sens ou on l’utilise pour les autres. C’est bien connu, un voyant a du mal à voir pour lui et les vrais voyants sont souvent motivés par une vocation bienveillante. Rares sont les praticiens qui n’aiment pas les gens.

Comment marche la parapsychologie ?

La parapsychologie est en lien avec la sensibilité. Plus celle-ci est aiguisée, plus la parapsychologie peut s’épanouir. Il faut imaginer que c’est une réceptivité totale exactement comme une télévision. Tout l’art du voyant est d’abord de se « brancher » sur la bonne longueur d’onde pour ensuite décoder et révéler les informations reçues.
La parapsychologie ne fonctionne bien que dans un état modifié de conscience car « faire le vide » précisément relève d’avantage de la méditation que du calcul algébrique. On sait par exemple, que les expériences de parapsychologie sont plus faciles sous hypnose qui est un état altéré de conscience.

Comment se travaille la parapsychologie ? Pour comprendre que la parapsychologie se travaille, je la compare souvent au fonctionnement de la mémoire. Tout le monde possède une mémoire. Les neurologues en ont identifiés les zones cérébrales et aujourd’hui personne n’oserait affirmer que la mémoire n’est pas une capacité du genre humain. Nous avons même des sujets capables de retenir 150 mots en 5 minutes et d’autres, incapables d’en mémoriser 10.
C’est le même processus pour la parapsychologie. Tout le monde à son niveau possède une part de réceptivité qui stimulée par une discipline appropriée – comme peut l’être la mémoire –donnerait chez chacun de nous des phénomènes de parapsychologie bien plus répandus.

Et alors concrètement ? Pour commencer, il faut bien se connaître soi même. Travailler sur soi est indispensable pour acquérir le recul, l’objectivité et le centrage. A ce niveau là toutes les méthodes efficaces sont bonnes et à chacun la sienne : psychanalyse, sophrologie, méditation, médecines douces, méthodes de développement personnel, etc.
Ensuite, un bon voyant se doit d’avoir une hygiène de vie assez draconienne. Pour ne pas altérer sa réceptivité, on sera vigilant à la nourriture, aux boissons et on évitera toutes les dépendances. Pratiquer un sport est conseillé, avoir une vie privé équilibrée et un noyau familial stable l’est aussi.
Un voyant a besoin de se ressourcer exactement comme un peintre qui a besoin de régulièrement recharger son inspiration.

S’ouvrir au monde, voyager, bouger, se promener favorise l’ouverture d’esprit. Il faut se cultiver, être au courant de tout et toujours, toujours, cultiver sa réceptivité. C’est tous les jours, essayer de saisir la tonalité de la journée, ressentir son entourage au delà des mots ou des apparences, capter les atmosphères des lieux, etc…

Comment voit un voyant ?

Parapsychologie, c’est la contraction de clairparapsychologie qui littéralement signifie voir clair, voir au delà. Au delà des apparences, au delà des limites, au delà du temps. Mais en réalité la parapsychologie n’est pas visuelle. Du moins, pas que visuelle.
La parapsychologie, c’est une inspiration, des informations qui vous viennent. Mais elles vous viennent par tous vos sens, par les pores de votre peau. Cela peut être des clichés qui s’imposent, des images qui défilent.

Ce sont les fameux flashs. Mais certains sont plus auditifs et entendent directement les informations comme si on les leurs dictait. D’autres ont des odeurs, des parfums. Le goût peut même intervenir ainsi que le toucher.
La parapsychologie, c’est recevoir des informations. Par exemple, être capable de décrire le caractère et les habitudes d’une personne de manière précise sans avoir d’autres informations que son prénom et sa date de naissance.
Si les informations concernent le passé, on parle de rétrocognition. A l’inverse, pour le futur, on parle de précognition.

Les supports divinatoires

Ce sont le Tarot, les runes, les oracles chinois, les cartes à jouer. Ils sont nombreux et leurs utilisations varient avec les cultures et les pays.
Ils sont utilisées comme support précisément. Ce sont des symboles, des couleurs, qui par leur manipulation, leur agencement et les rituels qui vont avec, aident le praticien à se mettre dans l’état de réceptivité recherché.
Avec ou sans support, l’essentiel est de se brancher, il n’y a pas de mauvaises méthodes.

Le rôle social du voyant

Un voyant peut beaucoup apporter de par les perceptions et la vision des choses qu’il peut transmettre. Ses conseils sont souvent judicieux, sa façon d’entrevoir les situations souvent objective et puis sa faculté de se projeter dans le temps lui permet d’anticiper l’avenir !
Comme l’Oracle autrefois, le voyant est là pour parler. C’est sa fonction principale. Il n’écoutera le consultant qu’en fin de consultation si celui-ci en éprouve le besoin. C’est là une importante différence avec la psychologie – avec laquelle on compare souvent la parapsychologie – car à la base, c’est le voyant qui donne de lui-même des informations.

Le voyant est donc un conseiller qui va parler sur des sujets dont il ignore tout. Il ne peut être plus objectif, seul compte son ressenti.
Ainsi les voyants sont de plus en plus consultés par des industriels, des commerciaux, des politiques… Les conseils et la capacité d’anticipation d’un voyant peuvent être au moins aussi précieux que les conseils juridiques d’un avocat, que les conclusions d’un expert ou de spécialistes pointus ou les résultats d’un sondage politique. On remarque également que le nombre d’hommes qui consultent augmente chaque année. Environ 35 % des consultations.

Aujourd’hui, la société ne répond pas aux attentes profondes des individus. Avec une science qui ignore tout des sentiments et des émotions, et une Église austère et parfois en dehors des réalités de la vie moderne, ils se tournent plus volontiers vers le voyant. Loin d’amalgamer les deux fonctions, par ailleurs bien différentes, le rôle social d’un voyant est à aujourd’hui ce que celui des curés de paroisse pouvait être à hier.

PARTAGER