Esprits

579

Lors de la première mort, le corps astral se dépouille de son corps physique qui l’enveloppait sur Terre et devient non plus un être humain mais un Esprit.
Les Esprits ne sont point, comme on se le figure souvent, des êtres à part dans la création ; Les Esprits ne sont point, comme quelques-uns le croient, des êtres vagues et indéfinis, ni des flammes comme les feux follets, ni des fantômes comme dans les contes de revenants. Ce sont des êtres semblables à nous, ayant un corps comme le nôtre, le corps astral.
Les Esprits, revêtus des corps matériels, constituent l’humanité ou monde corporel visible ; dépouillés de ces corps, ils constituent le monde spirituel ou monde invisible, qui peuplent l’espace et au milieu duquel nous vivons sans nous en douter, comme nous vivons au milieu du monde des infiniment petits que nous ne soupçonnions pas avant l’invention du microscope.
Les Esprits ne sont donc point des êtres abstraits, vagues et indéfinis, mais des êtres concrets et circonscrits, auxquels il ne manque que d’être visibles pour ressembler aux humains, d’où il suit que si, à un moment donné, le voile qui les dérobe à la vue pouvait être levé, ils formeraient pour nous toute une population environnante.
Les Esprits ont toutes les perceptions qu’ils avaient sur la terre, mais à un plus haut degré, parce que leurs facultés ne sont pas amorties par la matière ; ils ont des sensations qui nous sont inconnues ; ils voient et entendent des choses que nos sens limités ne nous permettent ni de voir ni d’entendre. Pour eux il n’y a point d’obscurité.
Les Esprits sont partout : ils sont parmi nous, à nos côtés, nous coudoyant et nous observant sans cesse. Par leur présence incessante au milieu de nous, les Esprits sont les agents de divers phénomènes.
Puisque les Esprits peuvent aller partout, il est évident que ceux qui nous ont aimés pendant leur vie terrestre, nous aiment encore après la mort, qu’ils viennent auprès de nous, qu’ils désirent communiquer avec nous, et qu’ils se servent pour cela des moyens qui sont à leur disposition ; c’est ce que confirme l’expérience.
Une deuxième mort, vers un corps simple éternel :
Chaque esprit possède une tâche à accomplir, une mission à remplir, un but à atteindre. Chaque esprit a sa propre destinée et doit partir à nouveau lorsqu’il a fait son action. C’est alors que les envoyés de l’Être Suprême viennent le chercher. L’Être Suprême se trouve derrière le chemin de lumière, après la vie des Esprits, où se trouvent deux chemins, l’un de lumière, l’autre de feux. L’Être Suprême n’est pas un humain, ni même un Esprit mais il a été le seul à devenir une âme sans passer par l’étape d’un Esprit. Celui-ci va décider pour chaque esprit s’il deviendra âme ou sujet de Satan, le guidant sur un des deux chemins. C’est une deuxième mort qui va cette fois-ci dépouiller l’âme de son corps astral, devenant ainsi un corps simple, unique et éternelle.
Âme, corps simple et éternel:
Le stade d’âme succède à celle de l’Esprit. Dépouillée de tout corps, physique et astral, elle est cette fois-ci un corps simple et éternelle. Puisqu’elle ne possède plus de corps, l’âme ne peut agir sur des objets qu’en se servant du cerveau d’un humain, à la différence des Esprits qui, grâce à leur corps astral, peuvent encore agir sur la matière par eux-mêmes.

PARTAGER