Dame blanche

932

Empruntée au mythe irlandais de la banshee, et à la légende de la fée Mélusine (XIVe siècle), la dame blanche annonciatrice d’une mort prochaine a été transposée dans la culture continentale. Elle fut considérée comme partie intégrante de la lignée des Lusignan, et lorsqu’elle se manifeste sur une des tours du château du Lusignan avec des cris sinistres et des sifflements, c’est le signe qu’un membre de la famille décèdera dans les trois jours.
Erasme affirme que le plus connu des faits, c’est l’apparition de la dame blanche aux familles princières. Bon nombre des grandes familles de l’aristocratie d’Europe disposaient d’une dame blanche au début du XVIe siècle.
Ces dames blanches s’avèrent plus discrètes et plus nobles, car contrairement à leurs mères, elles ne hurlent plus. Elles protègent aussi, comme la dame blanche de Krumlov qui appartenait à la famille Rosenberg de Bohème. Elle fit son apparition plusieurs fois à l’héritier nouveau-né en 1539. Quant à la dame blanche de la maison des Neuhaus (Allemagne), ce sont ses gants qui révèlent les présages. S’ils sont noirs, cela annonce un décès, mais s’ils sont blancs, c’est bon signe pour la famille. Des dames blanches sont attribuées aux Habsbourg, aux Hohenzollern, aux Brunswick, aux Brandebourg, aux Bade, aux Bernstein. En 1558, une dame blanche fit son apparition à l’empereur Charles Quint la veille de son décès. Une apparition qui a eu lieu dans le monastère de Yuste. C’est à elle que nous devons la personnalité de Nonne Sanglante.

PARTAGER