Fées

328

Définition : Les fées peuplent la tradition populaire depuis longtemps. Leur nom vient du latin fata, nom données au déesses qui se penchaient sur le berceau des nouveaux nés et qui déterminaient leur destin. Les théories concernant leur existence sont nombreuses. On pense qu’elles seraient soit des âmes d’enfants non baptisés, soit les fantômes de nos ancêtres, soit des anges déchus condamnés à rester sur terre, soit des esprits de la nature, soit de petits êtres humains. On accusait jadis les fées de voler les bébés des mortels et les échanger contre des bébés inhumains. La façon pour la famille de se débarrasser de cet intrus était de lui infliger de mauvais traitements. Un célèbre auteur pour enfants, le révérend Samuel Chadwick, mit un terme à la controverse en déclarant : « les yeux incapables de voir les fées sont incapables de voir quoi que ce soit. »
La fée Mélusine: Vient du gallois Melies : la femme mélodieuse. Née des amours de Merlin et Viviane, elle s’éprit du fils du comte de Forez, Raimondin, qu’elle rencontra dans une forêt poitevine, l’épousa, et bâtit pour lui de nombreux châteaux dont le plus connu est celui de Lusignan. Ils eurent 8 garçons, tous frappés d’une tare physique : l’aîné, Vriam, avait le visage trop large, un oeil bleu et l’autre rouge. Le visage du cadet, Odon, était déformé et l’une de ses oreilles était démesurée. Le troisième, Guion, avait un oeil plus bas que l’autre, Antoine avait la joue barrée d’une griffe de lion, Renault n’avait qu’un oeil qui lui permettait de voir distinctement sur une très longue distance, Geoffroi, lui, avait une dent trop longue qui sortait de sa bouche, Froimond avait le nez velu. Enfin, le dernier qui n’eut même pas de nom, avait trois yeux dont un au milieu du front. Mélusine avait reçu de sa mère le pouvoir de se transformer en sirène et retournait se baigner à la rivière tous les samedis. Lorsqu’elle épousa Raimondin, elle lui avait fait promettre de ne pas chercher à la voir ce jour-là, ce qu’il fit jusqu’au jour où son frère le poussa à creuser un trou dans la porte de la chambre de sa femme avec son épée. Là, il découvrit le secret de sa femme qui, désespérée, s’échappa du château par la fenêtre et personne ne la revit. Depuis, lorsqu’un Seigneur de Lusignan va mourir, elle apparaît sur les tours du château, à la tombée du jour, vêtue d’une robe mauve, accompagnée de biches et de cerfs, en poussant des cris perçants. En Bretagne et en Vendée, il existait des autels dédiés à la fée Mélusine.
Morgane : Fée de l’Ile de Sein appartenant également à la mythologie celtique, qui possédait des dons extraordinaires de guérisseuse. Elle recueillit plusieurs héros : le roi Arthur, son demi-frère, Garin de Montglane, Ogier le Danois… Morgane devint très populaire, jusqu’en Italie où Fata Morgana désignait un phénomène de mirage se produisant sur les côtes de Messine et de Reggio.
Viviane : Fée des légendes celtes, magicienne dotée de pouvoirs merveilleux, dont Merlin tomba amoureux.

PARTAGER