Les dangers

244

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Les dangers

Il est certainement arrivé déjà à tous les rêveurs de connaître de grands dangers. Quelques uns même ne peuvent se rappeler que les rêves de danger. La rubrique des « crimes et accidents » occupe dans l’édition de nuit du rêve une place d’une certaine ampleur. Il semble qu’à cet effet le reporter en nous se sert particulièrement de l’amplificateur.

Ces rêves indiquent un péril. Mais il ne faut jamais oublier que le symbole du danger est utilisé pour représenter d’une façon explicite une situation qui requiert une compréhension et une attention particulières. C’est la raison pour laquelle ces rêves ne doivent pas être pris trop à la lettre.

Il est d’ailleurs assez rare que ces rêves constituent un pronostic, c’est-à-dire la prévision d’autres événements. Ils disent tout au plus : « Voilà où en sont les choses dans l’inconscient, et voilà comment elles pourraient se passer consciemment ! » L’âme semble attacher une certaine importance au fait de nous dépeindre sa conception du danger pour ajouter ensuite ce qui semble constituer les aspects particuliers de cette situation. Notre guide intérieur considère avant tout comme dangereux : le fait pour un adulte de redevenir inconscient, son manque d’espace vital qui l’empêche de se développer, les pertes d’énergie occasionnées par certaines liaisons, une inflation psychique, la formation de complexes rigides qui se fait au détriment de la totalité psychique. La prise de conscience, le fait d’être parvenu à cette conscience pour l’humanité aussi bien que pour l’individu constitue une acquisition importante qu’il ne faut plus
laisser échapper. Si pourtant une menace existe, nous rêvons de noyade, nous nous perdons dans une sombre forêt ou dans le brouillard. Nous sommes anxieusement à la recherche d’un fanal ou d’une fenêtre éclairée.

Nous avons peur aussi lorsqu’il ne nous est pas donné de nous tenir sur le niveau de conscience auquel nous avons droit. C’est pourquoi nous sommes inquiets de nous savoir à nouveau enfant, écolier ou petite fille. Nous devons nous regarder dans une glace, ou bien on nous appelle par notre nom afin que nous restions identiques au moi, avant de faire une rencontre dangereuse ou de suivre un chemin menacé.

Il y a de nombreux exemples dans ce livre démontrant que les forces instinctives peuvent devenir dangereuses pour nous si elles manquent d’espace. Témoins les rêves d’animaux, les rêves de guerre, ceux dans lesquels nous sommes entraînés ou écrasés par un train ou une machine.

On peut aussi se mettre dans une position périlleuse en prenant dès risques qui ne correspondent pas à ses moyens. C’est ainsi qu’on essaie en vain de tirer une lourde voiture, de la freiner dans une descente, ou bien on peut se trouver dans là haute montagne et sentir bouger les rochers sous ses pieds. Le barreau d’une échelle se casse et l’on est suspendu dans le vide. Il est fâcheux sous tous les rapports de ne plus savoir la terre sous ses pieds.

A côté de ces événements angoissants qui ressortent du domaine de la nature, il y a les rêves de cambrioleurs. Ils impressionnent beaucoup un certain nombre de rêveurs. On les raconte souvent comme la plus spectaculaire des histoires de criminels. Un voleur a pénétré dans notre maison du rêve. Qui plus est : quelqu’un est là, dangereux, on ne sent que sa présence, on n’a pas encore découvert qui est cet inquiétant personnage. Il s’agit le plus souvent de « quelqu’un » appartenant à notre propre monde intérieur. Parti de profondeurs incontrôlables de l’âme, il fait irruption dans la conscience, menace de la déranger, voire de la déposséder. C’est fréquemment un désir instinctif camouflé, parfois aussi une pensée criminelle. On sait en rêve qu’un crime a été commis, et on cherche le criminel. On le devine, il est indistinct, c’est une ombre. Quelque ofaose chez le rêveur a manifestement été « assassiné » ? un sentiment, une certitude, une possibilité de développement. Il est parfois bizarre qu’en passant devant une glace, le rêveur se reconnaît comme étant le criminel…

II a déjà été question à un autre propos des dangers résultant d’idées fixes, de complexes, de pensées insuffisamment fondées qui peuvent menacer l’ordre psychique de notre être. Ces dangers de l’espace mental sont avant tout symbolisés par le feu du grenier, par le bombardement aérien, par des oiseaux voletant sans but dans un espace restreint, ou encore c’est un oiseau qui se pose sur la tête du rêveur. Aussi longtemps que celui-ci est psychiquement sain, l’interprétation dégagera et localisera les dangers qui pourraient menacer cette santé. Le combat avec les oiseaux de nuit, ces forces destructrices de la pensée, peut être long et saisissant.

Dans les rêves de dangers se rangent aussi ceux où il est question d’hivers froids et rigoureux. Ce sont des rêves de solitude. Il n’y a pas très longtemps que l’homme possède vis-à-vis de l’hiver un rapport positif, qu’il voit en lui une période pouvant même lui apporter des joies. Sous nos latitudes, l’hiver est un événement archaïque fortement ressenti. Il a constitué durant des millénaires un véritable fléau ; il n’y a guère que depuis deux siècles que l’on chauffe convenablement les maisons et les sports d’hiver ont trente ou quarante ans d’existence. Depuis des millénaires, l’âme humaine sait que l’hiver signifie froid et solitude, qu’il peut .apporter la famine et la mort. Ces dernières années ont dans une grande partie de l’Europe tragiquement confirmé cette vieille expérience.
Considérés dans une perspective historique, les sports d’hiver sont une acquisition récente. Il faut les interpréter positivement lorsque leur apparition en rêve est liée à des événements heureux. La course hardie du skieur aussi bien que les dangers du patinage constitués par la rupture de la glace peuvent désigner une certaine situation dans la vie du rêveur.

A part cela, les rêves de neige et de glace indiquent que le froid est dans l’âme. Le paysage, d’hiver a quelque chose de grandiose et de terrifiant. Un rêveur traversait solitairement un tel paysage, amenant très peu de bagages sur son traîneau. Puis il essayait de traverser une passerelle très étroite ; mais les barres de son traîneau dérapaient et entraînaient sa chute. Alors la neige commençait à tomber. Le voyageur solitaire se mettait à faire passer ses biens de l’autre rive avec beaucoup de soin. Ces précautions ainsi que la petite passerelle sont les seuls indices positifs dans ce rêve très pénible. Ils indiquent la possibilité d’un salut, tout comme
dans cet autre rêve analogue où le rêveur a une petite voiture et se trouve sur un chemin de chaque côté duquel s’étendent des champs fraîchement labourés.

Souvent le rêveur trouve des fleurs gelées. Ou encore il traverse un glacier, voit que le fleuve de la vie est couvert de glaçons.

Une femme vit que malgré le grand froid il n’y avait plus de bois pour le chauffage. Le poêle était tiède. Il semble qu’il faille interpréter cette affaire comme étant due à l’impuissance où à la frigidité; mais le côté sexuel était le seul qui liait encore les deux époux. Il y avait de temps à autre dans le poêle une maigre flamme qu’on arrivait à entretenir avec beaucoup de peine. La femme vit avec effroi un glacier s’étendre d’une chambre à l’autre : voilà où en étaient les choses dans son foyer ! Elle racontait : « J’avais très mal au c?ur lorsque je m’approchai de la fenêtre et vis que le printemps était au dehors. »

Dans les régions tempérées, la neige et la glace sont pour le symbolisme onirique l’expression de la solitude et du besoin. On pourrait mourir de froid, disent ces rêves.

On pourrait encore mentionner beaucoup d’autres de ces rêves. Car tous les domaines de la vie, aussi bien extérieure qu’intérieure, peuvent révéler des dangers. Le rêve les annonce il en parle au rêveur qui ne se doute encore de rien. Il les communique sous forme d’articles de journaux, d’informations radiophoniques, d’écriture lumineuse, signaux d’automobiliste ou même de coup de téléphone. L’homme peut trouver une issue au danger en répondant correctement à cette communication, réponse qui consistera bien plutôt en actes qu’en paroles. « Les chances de salut croissent avec le danger », dit Hôlderlin. Mais il y a des rêves qui peuvent se terminer sur une note de complet désespoir. Que pouvait bien faire l’auteur du rêve suivant, sinon agir ; mais n’était-ce pas plus dangereux encore ?
« C’était la nuit et je me trouvais avec ma mère à gauche d’un immeuble ; je savais que le feu était à l’intérieur et que ma petite s?ur y était enfermée. On ne perçoit encore rien de l’extérieur et j’attends, calme et fataliste. Je m’étonne de mon calme en rêve. Tout d’un coup le feu illumine les fenêtres, embrase les pièces du devant et pénètre jusque dans ma chambre. On entend en même temps la petite voix claire et comme folle de ma petite s?ur récitant le Pater Noster avec une angoisse mortelle. Finalement je n’y tiens plus. Je saute
sur la droite et vois sur une échelle ou un échafaudage un pompier habillé de noir, qui regarde la scène, tout aussi passif que moi. Je le conjure de faire quelque chose, je me propose moi-même d’agir. L’homme hausse les épaules puis dirige sur la fenêtre une sorte de télescope qui lui permet de lire la température qui règne dans la pièce. Lorsqu’il voit la température élevée, il dit : « O là là », ce qui signifie que ma s?ur ne fait que commencer à souffrir réellement des peines du feu. Il pense qu’on ne peut plus la sauver ; elle est seule maintenant et elle doit souffrir: II prononce cela d’une manière presque scientifique. Je frappe désespérément sur la façade de cette maison de pierre. La voix d’enfant solitaire et aliénée me pénètre jusqu’aux os. Tout comme dans la réalité de la vie, je reconnais avec un sentiment d’impuissance la solitude de l’individu et la situation perdue qu’il occupe dans l’univers. »

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER