Vehicules et institutions accessoires

604

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Vehicules et institutions accessoires

Les rêves où il est question de gares, de rails, de trains, de retard et d’adieux, de bagages et de voyageurs sont particulièrement fréquents. Cette fréquence se comprend si l’on considère l’a densité émotionnelle qui accompagne tout ce qui se rapporte au voyage. Toute une série d’actes primitifs en sont la cause qui s’expriment par les manifestations du trafic moderne. Même un petit voyage entraîne un changement de décor psychique ; il y a toujours des éléments de la vie qu’on quitte et d’autres qu’on attend impatiemment, en plus de l’intérêt qui se rattache à l’utilisation des moyens techniques. On rencontre des gens inconnus, on doit prendre soin des bagages tout en se confiant à un véhicule qui se meut et se dirige indépendamment de nous vers un certain but.

Dans la vie de chaque individu existent certains événements et émotions qui ont trait au chemin de fer ; le rêve utilise ce matériel pour faire son témoignage. S’y ajoutent les souvenirs de jeunesse de l’enfant : chacun a fortement ressenti et éprouvé comme étant la puissance même de la vie le fait du train qui s’ébranle, cette longue file de wagons tirée par le monstre de locomotive qui sort de la gare avec une vitesse accrue, ou lorsque cette file y pénètre dans le vacarme des grincements de freins. A la vérité, ces événements sont plutôt du ressort des garçons ; les jeunes filles et les femmes s’intéressent davantage aux facteurs humains, aux rapports affectifs, qu’à ceux de la technique.

Les rêves de trains sont un panorama de tout ce qui peut arriver entre le départ de la maison et l’arrivée à destination. En parcourant des centaines de ces rêves, on peut se rendre compte que tous les détails possibles y ont leur place ; et chaque détail a son importance particulière.

Il ne faut pas perdre de vue dans l’interprétation de tels rêves, qu’il s’agit, à l’encontre des déplacements à pied ou en vélo, d’un transport en commun s’effectuant sur les voies habituelles, à là disposition de tous, donc plutôt d’un aspect de vie collectif.

Lorsque nous voyageons, nous nous remettons librement à l’horaire et à la conduite des trains ; nous parcourons un trajet de vie qui a ses arrêts et un comportement déterminés.

Ce voyage conduit vers notre but individuel à travers les différents niveaux d’âge. Les trains partent aux heures déterminées ? ceux qui ne sont pas prêts à temps ne seront pas emmenés. Il y a là une merveilleuse figuration pour tout ce qui a trait au fait d’ « arriver en retard » ou à celui de « laisser passer l’occasion ». Chaque genre d’activité connaît un moment favorable, elle a son « Kairos », son dieu de l’occasion ; lorsque le nécessaire se tient à notre disposition, il faut également être disposés. Beaucoup trop nombreux sont ceux qui arrivent en retard dans la vie, et les raisons en sont également trop multiples. On quitte à regret la quiétude de la maison, on était encore occupé par mille choses différentes. En nous exprimant psychologiquement, il convient de dire : le changement d’état, par exemple le passage de la jeunesse à l’état d’adulte, est retardé ; nous restons attachés à trop de complexes. D’autres sont en retard parce qu’ils exigent trop de certitude, trop de sécurité ; ils voudraient que l’instance la plus haute de la vie leur délivre un laisser-passer leur permettant d’atteindre sans encombre et sans effort un objectif par ailleurs agréable et précieux. Il peut encore se faire que nous soyons en retard à la gare parce que trop de monde attend au « guichet intérieur » : trop de choses en nous demandent à être résolues et nous empêchent de poursuivre notre route. D’autres arrivent à la gare munis de tout leur ménage; ils ne peuvent pas se séparer de leur mobilier psychique. Tel homme par exemple avait emporté sa trompette d’enfant qui ne lui était d’aucune utilité ? après un certain temps, il faut pouvoir renoncer à son tapage juvénile. De même cette femme qui croyait qu’elle pourrait amener sa petite cuisine pour poupées faisait preuve d’une ignorance totale en ce qui concerne les possibilités de la vie.

Il existera toujours des gens qui s’occuperont de ce qui ne les regarde pas ; le destin d’autrui leur paraît plus important que le leur. Ils vivent par conséquent en autrui, ce qui leur permet d’être très exigeants vis-à-vis de ces autres puisque ceux-ci sont devenus une partie d’eux-mêmes. Ils retardent leur propre développement. C’est ce que comprit ce rêveur qui était près de manquer son train parce qu’il s’était trop occupé du départ d’un ami sur un autre quai ; il ne put rattraper son propre train qu’à la dernière minute
et se pendre désespérément à la portière qui s’ouvrait. Le destin aussi nous laisse parfois un certain temps dans une position fâcheuse et bien méritée. Le sauveur qui apparut dans ce rêve était un collègue que le rêveur estimait pour son exactitude mais qu’il n’aimait guère. Ce sauveur figurait probablement une fonction propre au rêveur que celui-ci n’estimait pas à sa juste mesure.

Quelquefois le train se trouve en gare ; dans les cas importants il s’agit d’une puissante tête de ligne ou d’une gare centrale avec de grands halls et des voies enchevêtrées. De telles gares représentent des constructions oniriques importantes et constituent des points de départ pour nos différentes entreprises ; comme toute vie a sa source dans l’inconscient, la gare devient parfois le symbole de l’inconscient tout court. L’instance supra-personnelle souvent mentionnée et qui dirige notre destin, apparaît alors souvent comme le chef de gare ou comme le contrôleur des trains ; lorsque nous nous sommes décidés à faire un voyage, c’est lui qui commande aux événements et non plus nous.

Il faut aussi que nous prenions un billet, ce qui signifie psychologiquement que nous devons payer ; nous devons payer avec des énergies, c’est-à-dire avec de l’argent dans la vie quotidienne, car personne ne vit gratuitement et ne peut continuer son chemin sans faire de sacrifices ; seuls les esprits puérils revendiquent des cadeaux et veulent qu’on les dispense de toute prestation personnelle.

Il y aurait une foule de rêves à mentionner se rapportant aux problèmes qui surgissent à l’occasion du billet. Entre autres, il convient de citer le fait que dans presque tous les pays les trains possèdent au moins deux classes, assez souvent établies selon le confort des sièges ; le prix du billet se comporte selon ce confort. Celui qui possède assez d’argent voyage mieux en rêve. Mais par argent, il faut entendre énergie disponible, ?uvre, valeur personnelles. D’ailleurs le rêve sait que le destin est plus généreux pour les uns que pour les autres, ce qui fait que par exemple telle personne aisée et gâtée se voit en rêve dans un wagon laid et délabré. Voilà comment se présentent les choses, vues de l’intérieur !

On raconte souvent une histoire de billet frauduleusement utilisé pour une classe supérieure ; c’est d’ailleurs un plaisir que les gens se permettent volontiers dans les trains bondés du dimanche soir. Mais ici, le changement de classe n’est pas aussi inoffensif ; d’où la peur d’être découvert et d’essuyer
un échec devant les autres voyageurs. Car on se trouve dans le train de la vie, à une place que ne justifient pas les capacités personnelles. On vit au-dessus de ses moyens. (Répétons qu’il ne s’agit jamais de la situation matérielle extérieure. Des gens même très aisés font ce rêve rabaissant alors qu’ils ont par ailleurs l’habitude de se déplacer en voiture ou en première classe de chemin de fer).

L’univers des rêves présente aussi le cas inverse, celui du voyageur se trouvant dans une classe au-dessous de celle qui lui revient de droit. C’est alors le plus souvent le contrôleur, ce représentant de la justice interne, qui remet le voyageur en place.

Le symbolisme moderne du voyage en train est vraiment très riche de situations particulières. C’est ainsi qu’un rêveur met ses souliers sales sur la banquette d’en face où un inconnu veut prendre place ; ou bien on raconte que, contrairement à ses habitudes, on se trouve dans le sens inverse de la marche du train, le regard posé sur le paysage qui s’enfuit. L’âme aussi est braquée sur ce qui fuit et ne revient plus.

A notre avis les autres voyageurs sont des éléments psychiques ; ces gens connus ou inconnus ont pour mission de les matérialiser. Le rêveur se plaint par conséquent à tort que tant de monde ordinaire et mal élevé ait voyagé avec lui. Le régisseur de nos rêves choisit ce qui est particulièrement significatif pour la situation actuelle, précisément ce qui nous accompagne ; et dans ce voyage il faut bien fixer son vis-à-vis parce que c’est un reflet de nous-mêmes. Il y a parfois aussi une personne dans le compartiment ; nous ne Savions pas qu’elle faisait partie de notre destin. Dans les rêves masculins il peut s’agir d’une dame à l’aspect exotique, que nous rencontrons ici pour la première fois, alors qu’il s’agit de l’Anima profondément enracinée en nous. Chez les femmes, selon le niveau de ces personnages intérieurs, ce sont des hommes robustes, des médecins, des acteurs, des officiers. Si ce sont des inconnus, ils appartiennent à ce monde des Animi si difficile à explorer.

A côté de qui s’asseoit-on, qui se trouve en face ? « Je voulais d’abord me mettre avec Lefaure. » (Contexte : Lefaure est un homme robuste, en bonne santé, vantard et malin). « Puis je me mis à côté de Vuilleumier. » (Contexte : homme distingué, différencié, un médecin travailleur de condition modeste). Le rêve et le contexte donnent la signification suivante : Le rêveur, peu sûr de lui, se trouvait à l’époque
au point de choisir entre une vie robuste, pleine de jouissances, et un autre genre de vie plus différencié et plus noble. Il y avait en lui à la fois ces deux attitudes.

Le rêve fait également la distinction entre les différents types de trains : lorsqu’il nous faut atteindre des buts de vie lointains, nous utilisons le grand express. Par contre un homme, se croyant appelé à une haute vocation, peut se voir en rêve dans un petit train de banlieue. Un autre qui approchait de la cinquantaine traversait une période de dépression assurément typique pour cet âge. Il pensa alors en rêve qu’il pourrait rejoindre sa petite ville natale, retrouver sa mère et y vivre un temps assez long. Mais voilà qu’à la gare les billets pour cette destination étaient tous vendus ! On lui remet en échange un billet pour la capitale du pays, qui est le symbole du centre psychique de la personnalité. A son grand étonnement, ses compagnons de voyage sont des émigrés, des réfugiés et des blessés de guerre ; lui-même est jeune, au moment d’accomplir une ?uvre jadis importante. Il est actuellement dans cette situation ; ce qui en lui a été délaissé et mal traité jusqu’ici doit être soigné et revalorisé. Alors une nouvelle période de vie pourra s’ouvrir, celle de sa personnalité.

Le type de locomotive renseigne sur les forces qui sont disponibles. Voici un rêve d’ailleurs mentionné à un autre propos : Une grande foule attendait à la gare la puissante machine couplée du train de montagne. Le rêveur s’y trouve également; c’est un homme de qui on attend de grandes choses, après une longue période d’hésitations. A la place de la locomotive arrive alors une petite machine à feu de bois : voici la quantité d’énergie dont cet homme dispose pour le moment. Ni lui ni les autres ne devaient alors se montrer trop exigeants.

Les bagages, indispensables au voyageur, représentent sa force, ses capacités, ses plans, ils figurent aussi l’extérieur de sa personnalité, son train de vie. Les bagages sont une personnalité élargie. Il est défendu de les perdre car cette perte entraînerait celle de nos moyens immédiats d’existence, de nos réserves, d’un potentiel vital dans toutes les acceptions de ce terme.

La plupart des rêves parlent de départ, peu débutent par une arrivée. Dans ce dernier cas, nous sommes inconsciemment rendus à destination et nous devons trouver la sortie dans le hall qui figure cet inconscient, munis de nos bagages
et avec une expérience nouvellement acquise. Il faut bien faire attention aux personnes et aux choses qui nous attendent, remarquer l’heure du jour ou de la nuit et les projets que nous avons après avoir fait ce trajet de notre vie.

Un mot sur le mécanicien de locomotive pour finir : il est rarement visible, tout comme notre conducteur interne dont la silhouette est très imprécise. Pourtant nous devons exiger de lui qu’il soit sérieiix et robuste, qu’il connaisse l’instrument qu’on lui a confié, c’est-à-dire notre personne et les forces dont elle dispose. S’il apparaît en rêve sous un autre jour, si on en fait une description équivoque, la personne se trouve dans une fâcheuse position.
‘Le rêveur moderne utilise souvent l’automobile. S’il est permis de considérer ce véhicule autonome comme un symbole, on peut alors lui reconnaître la qualité de symbole remarquable.

Pour beaucoup de rêveurs la voiture semble être un petit domicile roulant qui s’adapte à eux, qui est une expression d’eux-mêmes, que ce soit la grande voiture de luxe ou la vieille carriole délabrée dont la seule vertu consiste à pouvoir rouler. Il est significatif pour la nature de l’automobile et aussi du rêve que le rêveur ait lui-même la possibilité de conduire, contrairement à ce qui se passe pour le train qui roule sur des voies toutes préparées, est manipulé par un conducteur inconnu, et rempli de personnes étrangères les unes aux autres. Mais les deux véhicules sont mus par une force impersonnelle, tandis que la bicyclette requiert celle de la personne qui la monte. Pour conduire une auto, il faut prendre toutes les responsabilités, notamment celle de bien conduire, celle de respecter les autres usagers de la chaussée. La maîtrise de la voiture exige de la discipline et une certaine habitude de ses instruments et de ses mécanismes. Le fait de bien conduire en rêve est le signe que sous un rapport quelconque on fait bonne route, même si on n’a jamais touché à une voiture dans la réalité. Le rêve exprime qu’il y a avancement.

L’extérieur de la voiture a aussi son importance ; il est souvent l’expression de la Persona du rêveur, c’est-à-dire de ce qu’il représente à l’extérieur. Par exemple une promenade dans une belle voiture pourra être la compensation d’une maladresse et d’une injuste perte de considération dans la vie du rêveur. Mais il peut aussi se trouver à tort dans une belle voiture qui ne lui appartient pas ; il a fait sien un état ou un comportement qu’il n’avait pas le droit de prendre.

Les rêveurs font bien plus souvent état de rêves dans lesquels la voiture ne veut brusquement plus rien savoir qu’à une belle course rapide et sûre à travers un paysage harmonieux. Sur la route de sa vie le rêveur a rencontré un obstacle _ dont le contexte précisera la nature ? ou encore lui-même a manqué de force. Il y a aussi la peur du non-fonctionnement des freins ? ce qui est parfois le cas ! ? ou celle d’écraser un passant ? ce peut être l’enfant, cette évolution naissante en nous et dont notre élan vital n’a pas tenu compte. On se fourvoie aussi dans un fossé, on tombe dans- une mare, ou bien on heurte une borne frontière, et il n’est pas difficile alors de trouver l’événement de la journée qui est figuré par ces comparaisons allégoriques.

L’interprétation est également aisée, lorsque le conducteur se sert de la mauvaise pédale ou lorsque les phares destinés à « éclairer » la route ne fonctionnent pas. Le rêveur est à cours de moyens s’il se voit privé de carburant en rêve. Lorsqu’une roue de la voiture se détache, on peut penser aux quatre fonctions psychologiques, mais il peut aussi s’agir d’un genre d’événement plus familier. Il est caractéristique pour le rêveur d’avoir trop chargé sa voiture, de promener un groupe de gens exubérants ou bien une triste personne solitairement assise dans un coin. Les collisions de voitures, le fait de heurter inutilement une maison connue, constituent quelques autres éventualités de rêves d’automobiles qui sont d’une infinie variété. Certains rêveurs peuvent se demander si « auto » ne signifie pas « soi», et si ce n’est pas la raison pour laquelle elle fait son apparition en rêve. On ne peut pas le nier. Mais il s’agit plutôt du moi que du soi. Il faut également avoir en vue les rapports allégoriques entre intelligence et appareillage mécanique.

Ce sont les jeunes gens qui rêvent surtout de bicyclettes. Bien qu’elle soit un article de masse, la bicyclette possède en rêve une signification individuelle, elle sert au rêveur pour les petits déplacements en tous sens. On peut d’ailleurs l’utiliser sur les chemins « secondaires » pour aller à la rencontre de toutes sortes de petits événements. Nous avons déjà fait allusion à la dépense de force qu’elle exige ; il faut aussi souligner sa marche souple et légère, presque imperceptible. Les rêves de bicyclettes ont surtout été communiqués par les jeunes gens qui essayaient de prendre la vie du bon côté pendant la période d’apprentissage ou d’études. L’un d’entre eux a brisé la barrière de la ligne sur laquelle roulait un train
en direction de l’université ? il n’a pas terminé ses études. Souvent ces rêves contiennent un élément de gaieté et de bonheur. Parfois on part avec son compagnon de vie et il peut arriver que l’un tombe en panne. Celle-ci indique assez souvent une difficulté d’ordre sexuel.

Dans l’autobus ou le tramway, on est un voyageur parmi beaucoup d’autres voyageurs ; ceux-ci constituent les aspects partiels de notre propre personne ou bien, sur le plan objectif, ils figurent les personnes qui prennent part à notre destinée. Dans ces rêves ? ils sont rarement importants ? il faut considérer ceux qui nous accompagnent et bien remarquer les arrêts du véhicule. Il s’agit presque toujours d’aspects de vie collectifs. L’individualiste se voit obligé de voyager dans un tramway bondé, ou bien on l’y met de force. Car, entre autres, nous avons tous des buts de vie tout à fait communs.

Les rêves de bateaux peuvent avoir une très grande importance lorsqu’il s’agit d’une longue traversée. Il faut considérer que ce véhicule fermé traverse la mer de l’inconscient, peut accoster à un rivage nouveau. Il est souvent « bon de traverser les grandes eaux », selon une expression du livre chinois « / Ging ».

Le navire représente très souvent notre propre personnalité avec ses pièces, ses espaces clairs et obscurs. C’est pourquoi on a depuis longtemps parlé de la « barque de la vie ». On connaît les événements heureux mais aussi malheureux qui peuvent lui arriver en cours de route. Le rêveur les vit dans ses rêves, et leur signification lui est alors aussitôt claire. Nous avons déjà parlé du capitaine ; mais nous n’avons pas encore mentionné le cas du voilier, exprimant probablement le fait de l’action du vent, c’est-à-dire l’influence du spirituel sur la marche des événements.

Lorsqu’une vieille femme rêve d’un bateau multicolore couché sur la plage et dans lequel se trouve un squelette en papier, on peut conclure qu’il y a là un rapport avec le fait que cette femme considère comme épuisées pour elle les multiples possibilités de la vie ; tout ce papier, auquel elle s’est confiée, représente ses désirs et ses aspirations qui n’ont pu devenir réalité. Par ailleurs le petit bateau a la même signification que la bicyclette. Il peut aussi arriver qu’un sombre individu arrive sur la mer nocturne. Est-ce que ce Charon va déjà nous inviter à monter dans sa barque ténébreuse ?

Que penser alors de ce rêveur assis dans sa voiture d’enfant qui n’a pas voulu la quitter pour y monter parce qu’en lui-même il est toujours resté un enfant !

Les rêves d’avions deviennent de plus en plus fréquents. Ils sont l’expression de ce qui avance rapidement ; c’est le survol des difficultés, le libre choix de la direction, la force du mouvement à travers des espaces sans obstacles. Tout comme les oiseaux, les avions peuvent représenter les pensées. Ils en contiennent parfois tout un chargement. Dans certains rêves, de tels avions font des cercles évidemment inutiles, tout comme certaines personnes qui sont la proie tourmentée de pensées tournant sans cesse autour de la même affaire, autour du même complexe.

Le médium dans lequel se meut l’avion est l’air, et celui-ci est avant tout le symbole du monde des idées, de la raison, de l’intellect, de l’esprit.

Un avion peut monter trop haut et perdre ainsi, du moins en rêve, la possibilité d’un retour sur la terre. C’est ainsi qu’un rêveur peut se trouver dans un avion dont le pilote lui est inconnu, et appeler en vain ce dernier pour qu’il veuille bien se poser à terre. Le rêve inverse également n’est pas rare : un avion lourdement chargé n’arrive pas à prendre son envol, signe que trop de choses, trop de projets sont appelés à être montés en même temps.
Deux principes peuvent évidemment se combattre âpre-ment dans notre tête, ce qui peut se traduire allégoriquement par le combat aérien. La situation est plus fâcheuse lorsque deux avions se heurtent en vol et tombent.

Il est important de voir, comme pour tous ces rêves, qui nous accompagne et ce que nous emmenons. Parfois la couleur bleue ou rouge de l’avion est significative pour dépeindre le genre de pensées dont il s’agit.

Les rêves de dirigeables étaient fréquents autrefois. La forme du dirigeable laissait presque toujours supposer des rêves de nature phallique.

L’homme vole assez souvent sans avoir recours à des moyens techniques. Tel Icare, mais encore plus simplement, il remue ses bras comme des ailes d’oiseau et glisse sur les nues. Il est lui-même étonné en rêve de ses extraordinaires facultés, qui peuvent d’ailleurs s’interpréter d’une manière positive aussi bien que négative. Il est beau de pouvoir passer, grâce à la force de son activité, sur les difficultés quotidiennes, de se mouvoir avec légèreté dans le médium de l’esprit. Mais trop de gens planent facilement sur les choses et fuient ainsi leurs
obligations dans un monde de pensées inutiles. Une telle allégorie met l’accent par exemple sur une euphasie de mauvais aloi. Freud et son école voient avant tout dans les rêves de lévitation un rapport avec l’érection nocturne. Mais cette interprétation ne nous semble convenir que pour la période de la puberté.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER