Interprete

555

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Interprete

L’interprétation des rêves est un travail à la fois difficile et qui satisfait l’esprit, même si on a beaucoup d’expérience, même si on a parcouru dans la compagnie du rêveur le seas de centaines, de milliers de rêves, leurs possibilités d’expression, leurs symboles. Il est difficile, parce que le matériel personnel que le rêveur présente est si polyvalent dans sa détermination qu’il paraît souvent impossible à saisir, que la profondeur et la multiplicité des significations symboliques sont inépuisables. Mais c’est un travail qui satisfait parce qu’on touche aux sources même de la vie et qu’on y rencontre le sens de la destinée humaine.

Lorsqu’on s’analyse soi-même, l’interprétation constitue un travail de collaboration entre le moi et l’inconscient ; il se fait entre l’interprète, le rêveur, l’inconscient du rêveur et les puissances collectives de la vie qui surgissent des rêves, lorsqu’on fait interpréter ceux-ci par un homme de métier.

Qu’il soit médecin, conseiller psychologique ou qu’il se recrute parmi les quelques rares directeurs de conscience qui ont acquis la connaissance de la psychologie des profondeurs, chaque interprète fait fonction d’accoucheur; et l’enfant accouché est le sens du rêve. Par un travail consciencieux, l’interprète et le rêveur cherchent alors à comprendre un troisième élément qui est le message de l’âme.

Voici quelques remarques au sujet de la personnalité de l’interprète. Il doit répondre aux mêmes exigences que celui qui se sent la vocation ou dont le métier consiste à venir en aide aux autres. Il est bon que l’interprète possède une personnalité marquée, qu’il ait des connaissances étendues ; rien de ce qui est humain ne doit lui être étranger. Celui qui n’a pour lui que l’intuition sera souvent attiré par !e domaine de la pratique psychologique qui requiert non seulement les qualités d’un esprit mobile et intuitif, mais également celles d’un- caractère solide. Ces intuitifs manquent si souvent de cette solidité et auraient eux-mêmes besoin de réconfort et d’ordre. Un interprète qui ne veut pas seulement se remettre à des succès occasionnels devra auparavant atteindre à une certaine plénitude intérieure. Albert le Grand, savant
religieux du moyen-âge, exige de l’interprète une vie intérieure pure et indépendante. Nous sommes d’avis, et pour en rester à la comparaison de l’accoucheur moderne, que l’interprète doit d’abord s’être psychiquement « aseptisé ». On est en droit d’exiger de lui qu’il ait passé par une explication approfondie, une rencontre féconde avec sa propre personne, ce qui ne peut avant tout se faire que par une analyse. Il doit connaître sa structure intime et les difficultés psychiques de son caractère afin de ne pas infecter le rêveur de ses propres faiblesses, de son côté « impur ». Cette connaissance, et aussi celle de ses rêves, le gardera d’attribuer aux rêves d’autrui les désirs et les intentions nés dans son psychisme, elle le gardera de projeter sur son client ce dont il a lui-même besoin.

Il doit patiemment attendre pour percevoir le sens qui cherche à s’exprimer dans les rêves d’un autre. Il ne lui est pas permis de se précipiter sur eux ; il doit en approcher avec soin, tout comme un bon éducateur qui n’a pas vis-à-vis des enfants l’attitude d’un oiseau de proie, ou le médecin, qui se gardera de se jeter sur le malade, sitôt franchi le seuil de la chambre. Il doit aussi s’interdire toute spéculation sur les rêves à venir. Le mot suivant de Paracelse vaut pour le rêveur aussi bien que pour l’interprète : « Celui qui veut prendre ses rêves au sérieux, les interpréter et en tirer des conclusions pour sa conduite, doit avoir des connaissances sidérales (spirituelles) en accord avec les lumières de la nature dont il aura reçu la bénédiction, il ne devra pas suivre son imagination, ne pas prendre une attitude hautaine car elle n’aboutirait à rien. »

Il faut surtout se garder d’extorquer les rêves de force pour en soutirer des secrets et ainsi blesser le rapport établi avec son semblable. Il ne faut jamais obliger une personne à raconter un rêve. L’intérêt de l’interprète doit évidemment porter sur les rêves, mais cet intérêt ne doit jamais dégénérer en curiosité qui risque de détruire la trame subtile de ce chef-d’?uvre de l’âme nommé rêve.

L’interprète restera attaché à quelques règles fondamentales, C’est ainsi qu’il n’essaiera pas de savoir à l’avance ce que le rêve va vouloir dire, qu’il devra aborder la question sans préjugés, sans avoir au préalable apprêté son matériel scientifique pour opérer cette section appelée analyse, sans catégories mentales et autres brillants bistouris dialectiques ; il devra écouter simplement ce qu’on lui dit, avec ce respect,
et cette intelligence naturelle qui président ordinairement à la rencontre consciente des autres phénomènes vitaux. On attend évidemment qu’un sens se définisse ; mais ce sens ne viendra, l’expérience le prouve, qu’à celui qui est prêt à le trouver, dans les rêves’comme dans la vie psychique en général. Il faut donc posséder une certaine disposition qui permette de percevoir clairement ce que le rêve veut dire .

L’interprète peut se comporter d’une façon très naturelle ; dans la mesure où il est savant, qu’il relègue carrément cette science au second plan pour mieux pouvoir écouter. Et en écoutant, il fera travailler son imagination, sa puissance de représentation pour se faire une image vivante de ce qu’on lui raconte ; il pénétrera le phénomène du rêve tous sens éveillés. C’est ainsi qu’il laissera affluer ses propres souvenirs qui ont trait au rêve, mais il les tiendra en réserve pour ne rien déranger. Lorsqu’il ne comprend pas très bien ou lorsque le rêveur n’est pas très clair, il fera faire à ce dernier un petit croquis au sujet de tel croisement de route ou passage à niveau, de la disposition des convives autour d’une certaine table ou encore de l’assemblage coloré d’une série de dalles qui couvraient le sol. Il devra accepter que certaines parties des rêves restent obscures, que le rêveur mette l’accent sur un tout autre aspect que celui qu’il croyait deviner. Jung va jusqu’à dire que lorsque le sens attendu et le sens découvert en cours d’analyse sont identiques, on a de justes raisons de se méfier.

Dans une consultation psychologique qui utilise l’analyse onirique, les premiers rêves communiqués sont d’une importance toute spéciale. Il faut attentivement écouter ces rêves du début, sans évidemment pour cela donner au client l’impression qu’on lui arrache quelque chose. Ils indiquent le plus souvent le problème psychique essentiel du rêveur et qui plus est, ils contiennent d’une façon schématique tout le chemin ,que devra parcourir le travail analytique. Ils disent en images relativement faciles à comprendre par le praticien quelles seront les difficultés qui se rencontreront au cours du traitement et dans quel sens il faut rechercher le bon résultat. Jung dit qu’il est toujours au plus haut point curieux de connaître l’avis du « vieux », c’est-à-dire de ce grand sage qui apparaît quelquefois en rêve.

Pourtant, chaque rêve constitue une terre inexplorée qu’il s’agit de parcourir ensemble avec le rêveur. Souvent d’ailleurs le rêveur lui-même peut nous instruire ; sans s’en rendre
compte exactement, il possède un flair très sûr pour savoir si l’interprète est sur la bonne voie. Si c’est le cas, l’interprétation s’accompagne d’un sentiment de bien-être. Mais si on se trompe, si on devient dogmatique et si même on affirme qu’il doit y avoir certaines données à la base du rêve, le rêveur vous suit mais avec l’impression qu’il s’agit d’une manipulation technique qui ne le concerne pas, précisément parce qu’elle ne touche pas le fond de l’âme.

Par contre si l’on est revenu sur la vraie piste, le client recommencera à seconder l’interprétation de toutes ses forces. Cela est important vu qu’il s’agit de la reconnaissance d’un enfant qui vient de lui. L’on se retrouve au contact de l’objectivité propre à l’inconscient et ceci a toujours un effet libérateur. Par un moyen qui semble un détour : le rêve, on est parvenu au centre créateur du psychisme du rêveur.

Paul Bjerre fait remarquer qu’au cours de la consultation, « il est beaucoup plus facile de s’entretenir d’une chose qui a un précédent dans le rêve que lorsqu’on l’aborde directement. » L’excellent psychiatre suédois ajoute : « La pire forme de collaboration qui puisse exister entre le médecin et le patient me semble être celle de la psychanalyse ? c’est-à-dire de la méthode de Freud : le patient est allongé sur un canapé et fait des associations interminables, pendant que le médecin est assis derrière lui et tient éventuellement un procès-verbal de ces associations. Avec cela, il est strictement défendu de prendre la direction des opérations et d’influer d’une façon quelconque le comportement de l’analysé. » Nous connaissons des cas où les patients racontent leurs rêves pendant toute la séance, projettent sans arrêt ce qui leur vient à l’esprit, sans que le médecin intercale la moindre conversation. Nous connaissons également le vide effrayant qui suit chez le patient un traitement de plusieurs mois, voire de plusieurs années.

L’interprétation des rêves est un travail collectif. L’expérience prouve que le moyen le plus fécond en résultats est une conversation approfondie ; conversation qui suit de près le texte du rêve et les explications qui s’y rattachent, puis les associations que fait le rêveur à partir du texte et de ces explications. Bien que réservé et ne tombant jamais dans une attitude didactique, le rôle de l’interprète est capital dans la mesure où il a une grande connaissance des rêves ainsi qu’une expérience personnelle de la psychologie des profondeurs et de ses méthodes. Il devrait encore posséder un savoir
étendu se rapportant à la mythologie, aux contes et légendes qui sont les réceptacles merveilleux de symboles humains éternellement jeunes. Un interprète doit d’autre part s’intéresser à au moins un des arts pratiqués couramment. Comme le rêve utilise un matériel universel, l’interprète devra se sentir à l’aise dans la plupart des domaines des sciences naturelles, de la technique, des conditions sociales et culturelles. Il est en outre nécessaire qu’il participe à une vie spirituelle riche et intense. Il ne saura jamais trop de choses, n’aura probablement jamais trop d’expérience. A ce savoir appartient aussi la connaissance des phénomènes religieux, des cultes, des rites. Mais ce qui est bien plus important que la connaissance de la foi par les paroles, les images et les actions religieuses, c’est la possession d’un amour humain, c’est-à-dire, pour mieux l’exprimer, d’une expérience religieuse authentique et originale.

Lorsque par contre au cours de ses préoccupations qui l’auront amené au contact des rêves et de leur signification, l’interprète n’éprouvera pas avec émotion et surprise la certitude d’un ordre de choses à la fois grandiose et vivant, il lui sera à la longue impossible de se consacrer à un travail d’assistance efficace, parce que les mobiles les. plus profonds de cet ordre vivant l’auront laissé insensibles, qu’il n’aura donc pas été touché par leur grâce.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER