Intentions des rêves

282

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Intentions des rêves

Plus on pénètre les étonnants rapports entre le message du rêve et la situation du rêveur, entre le rêve et le destin, et plus l’idée s’impose à l’esprit qu’il s’agit là d’une intention réfléchie, éducative. Par rapport à ce but, la cause, l’origine du rêve semble passer au second plan. On tombe facilement dans la formule : le rêve me fait dire que… Est-ce qu’il veut vraiment dire quelque chose ?

D’un côté, nous supposons non sans raison que l’âme inconsciente produit continuellement des rêves. De l’autre, il nous est difficile d’admettre que l’âme rêve pour elle-même, se complaît dans son propre scénario alors qu’il y a visiblement des liaisons entre le contenu du rêve et les événements de notre vie. On conçoit plutôt que le rêve travaille au service de l’âme désireuse de fournir un message à l’homme dont la conduite, voire la guérison lui importe avant tout. Est-ce ainsi ? Il est en tous cas clair que nous éprouvons ce message comme un événement qui importe au plus haut point à notre bien-être.

Le rêve est un phénomène de notre psychisme total ; l’âme est une part de nature et, comme tout ce qui est nature, elle est, sans plus. Ce phénomène rencontre notre moi pendant le sommeil. Lorsqu’au réveil, nous nous mettons à réfléchir, nous ne pouvons pas ne pas constater qu’il y a dans ce phénomène naturel, le rêve, un ordre et une orientation dont nous sentons l’existence ; et bien que maints aspects paraissent incompréhensibles à la conscience, le tout semble se fonder harmonieusement dans un ensemble vital. Et il est clair que le rêve peut nous aider ; pourtant cette mission de secours est difficile à prouver ; il nous aide et lorsque la conscience essaie de pénétrer son sens, le rapport nouveau établi avec le monde intérieur constitue un enrichissement. Le rêve est indépendant de la volonté ; il est là. Saint Augustin a remercié Dieu de ne pas être responsable de ses rêves ; car la responsabilité implique la liberté et la possibilité d’un engagement conscient et d’une activité volontaire. En dehors du fait que notre comportement peut donner naissance à certains rêves vis-à-vis desquels nous sommes partiellement responsables, il nous incombe par ailleurs de trouver et de tenir en face du rêve l’attitude la meilleure, la plus judicieuse. Citons à ce propos le passage merveilleux et peu connu de Gotthelt
se rapportant aux rêves et à la responsabilité que nous avons de bien les utiliser : « Lorsque nous reconnaissons la présence de Dieu dans l’aurore matinale ou la rosée de la fleur, lorsque nous le sentons derrière le jeu des vents et quel’?il du. dévot voit même l’Éternel dans tout ce qui est périssable et temporel, pourquoi ne pas aussi le reconnaître dans le jeu des rêves qui sont les manifestations les plus intimes d’un être ? Les rêves sont des prophéties de force et de faiblesse, ils sont une essence merveilleuse qui prend forme dans un monde à part lorsque les sens dorment et que les choses sont enveloppées, tantôt reliés à celles-ci, tantôt détachés de tout ce qui nous est connu ; ils sont une île qu’on devine au milieu d’un vaste océan de vie invisible dont les mouvements de flux et de reflux obéissent à des lois inconnues. Si toutes les offrandes venaient de Dieu, Père des lumières, que le dévot dût reconnaître la bonne intention qui a présidé à chacune d’elles et qu’il faille rendre compte de l’utilisation de toutes, les rêves ne sont-ils pas également des dons divins et ne devons-nous pas les employer à accroître notre fonds spirituel ?»

Est-ce que le rêve a l’intention de nous seconder, de nous rendre heureux ou de nous faire peur, est-ce qu’il veut avant tout nous faire comprendre, nous relier avec les fondements de notre existence intime ? nous ne le savons pas ; pourtant ses effets nous le donnent à penser.

Le rêve n’a pas la prétention de s’ériger en guide ou en professeur ; jamais un rêve n’a expressément laissé entendre une telle intention. Mais il peut le devenir si nous voulons le comprendre. Ce n’est pas lui qui nous appelle, même lorsqu’on s’adresse à nous dans le rêve. Par contre lorsqu’au réveil nous nous rappelons de lui, nous le mettons à contribution parce que nous ne voulons pas renoncer à sa sagesse. Nous sommes de plus en plus convaincus que son savoir participe à un savoir plus profond et plus étendu qui prend ses -sources dans un passé lointain, connaît notre présent et nous indique l’avenir. A la fois organe et expression de l’âme, il prend part à une éternelle conversation et nous indique ce dont il semble que nous ayons le plus besoin sur le moment. L’intention du rêve, c’est, avant que nous nous en soyons aperçus consciemment, de nous signifier qu’il y a eu progrès lors d’une passe difficile, de nous montrer un fruit qui est le résultat d’un conflit pénible entre les tendances de l’âme. Là où le malheur et la mort frappent les objets de notre affection, là où la solitude constitue le pain quotidien, où la maladie abat l’homme par ailleurs menacé par la misère et le chômage, l’âme salvatrice plonge dans les immenses possibilités de l’inconscient et montre ce que de tous temps les hommes ont fait et comment ils ont agi dans ces situations difficiles. Dans le rêve, l’âme interroge la plus antique sagesse humaine; celle-ci se manifeste alors, éclaire notre situation et notre chemin. Les énergies primitives de l’âme aident à comprendre le sens de la vie, à accepter ce qui nous paraît pénible pour finalement en assimiler le contenu. Le rêve communique le savoir de l’âme, avec ou sans intention, nous ne le savons pas. Il nous dit, au cas où nous ne le savions pas, que le monde n’est pas bon, qu’il est plein de vulgarité, de laideur et de menaces ; car il y a des hommes qui ne veulent pas le reconnaître et il est bon alors de le leur bien faire comprendre afin de rectifier leur conception par trop idéaliste. Mais il le dit aussi à ceux qui le savent déjà mais n’acceptent pas suffisamment cette vérité amère. D’un autre côté, l’âme nous fait aussi participer à la clarté du monde, à ce qui est salut, elle nous dit que le contenu et les formes de la vie sont d’une inépuisable richesse ; elle connaît la bonté, le bonheur, l’amour, l’amitié et rappelle en rêve l’existence de ces événements heureux à celui qui aurait pu les oublier dans la défaite et l’amertume. Elle console l!enfant ébranlé par le redoutable aspect du monde, celui qui est tourmenté par la dureté ou l’instabilité des parents, des éducateurs ; elle vient en aide à l’enfant trop tôt jeté dans la lutte pour la vie.

Mais l’âme menace de rêves effrayants ceux des enfants qui ont une jeunesse par trop heureuse et exempte de soucis, de laquelle la laideur et les incertitudes de l’existence sont volontairement .écartées. Car la vie n’est ni enfer ni paradis ; elle est accomplissement et succès sur les chemins des souffrances et de la privation, sur ceux des plaisirs subtils ou puissants. En connaissant ces deux aspects, nous pourrons parcourir la vie, avec ses épreuves et ses offrandes. Cette sagesse aussi, accumulée durant des millénaires, l’âme nous l’offre par le rêve, que nousTécoutions ou non.

Nous ne connaissons souvent pas les menaces qui pèsent sur nous du dehors ou du dedans. Nous remarquons à peine dans quelle impasse nous nous sommes engagés, quel poids inutile nous sommes en train de nous imposer et quelles conséquences notre façon de faire peut entraîner. Mais l’âme
le voit, elle nous regarde et nous représente le danger en rêve d’une manière très expressive.

Jung fait un parallèle très frappant à propos de rêves d’enfants : « De même que la nature réagit aux infections organiques bien que celles-ci aient eu lieu à l’insu de la conscience, de même l’inconscient, guide de la personnalité, réagit lorsque la santé psychique est compromise. Le fait est que le rêve est un organe d’information et de contrôle, c’est-à-dire l’auxiliaire le plus efficace dans l’édification de la personnalité. » II ne faut pas considérer l’inconscient comme un domestique au service de la conscience, mais bien comme travaillant au service de notre existence totale, comme la conscience est censée le faire également. Il importe avant tout que cette conscience, c’est-à-dire le moi, ait sa tâche quotidienne qu’il ne faut à aucun prix négliger au profit d’interminables méditations sur le sens des rêves ; qu’elle leur accorde cependant une demi-heure pour recevoir en échange, lors de l’interprétation, assez de force et de compfé-hensive intelligence.

C’est Origène qui avait dit : « Dieu ne punit personne avant de l’avoir averti ». Il existe des rêves d’avertissement. Il ne faut pas les interpréter à la légère. Les consultations psychologiques dans lesquelles une place convenable est faite aux rêves pourront confirmer cette affirmation, du moins dans son aspect terrestre. Il arrive alors qu’on soit mis en présence de situations affligeantes, soit que l’avertissement ait passé inaperçu, soit qu’il n’ait pas été pris au sérieux. On a donné libre cours au désastre. ”^v?

Beaucoup de rêves peuvent être pris pour des avertissements ; le rêve ne dit jamais que ce qui est, ou ce qui sera dans un avenir immédiat. Seule là conscience peut analyser le contenu du rêve en un message d’avertissement et en tirer les conséquences. Le rêve est là, et nous essayons d’en tirer « quelque chose ». Lorsqu’il s’agit d’un groupe de rêves se rapportant à un certain problème, ce « quelque chose » n’est autre que le début d’une nouvelle conception, d’un nouveau comportement dont l’orientation est moins contraire à celle du psychisme.

Tout comme les autres êtres vivants, nous devons nécessairement utiliser ce qu’offre la nature extérieure ; nous sommes reconnaissants pour les dons qu’elle semble mettre à notre disposition. Mais la nature, elle, ne pense pas à nous ? s’il est permis de parler de « penser » ? mais elle est là, simple-
ment, sans intention de sa part. Alors nous pouvons également accepter avec gratitude les rêves, ces dons naturels de la nature psychique, dans l’intention de nous en servir. Celui qui veut sérieusement s’occuper de ses rêves, écouter leur message, comprendre leur sens pour façonner sa vie en harmonie avec l’âme du monde, même s’il voit qu’il en résulte des difficultés particulières, celui-là aura rendu hommage à cette grande instance interne dont nous entendons la voix en rêve. Il se sera conformé à la voix éthique de l’existence. Avec les forces qui dépendent de sa conscience, il aura essayé de réussir le mieux qu’il lui soit possible de faire dans un destin bienveillant, c’est-à-dire qu’il se sera employé à réaliser pleinement la part de vie qui lui est confiée, l’unicité de sa personnalité. Ainsi l’intention la plus élevée de la vie, celle que le rêve se donne également pour but de servir et d’indiquer, sera par là-même réalisée.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER