Allégories sexuelles

615

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Allégories sexuelles

Personne ne méconnaîtra la grande importance du fait érotique et de la sexualité en général. Il serait évidemment faux de penser que les rêves ne font pas une large part aux événements fondamentaux de l’existence humaine. Mais vue l’immense richesse même de cette existence qui s’étend de la lourde terre nourricière aux espaces immatériels de l’esprit, il serait aussi faux de prétendre que les rêves n’expriment que ce qui se rapporte à la sexualité.

Celui qui veut s’occuper des rêves devra rejeter toute attitude de pruderie. Ne pas reconnaître l’existence d’une des grandes puissances vitales équivaudrait à admettre notre capacité à influencer, à nier la nature, même psychique, de nos impulsions instinctives. Or la nature en général se moque bien de ce que nous pouvons penser ou ne pas penser à son sujet. Le rêve, lui, ne se gênera pas ; il est franc dans son expression. Étant l’un des représentants de notre psychisme, il sait que les choses de la nature ne sont ni bonnes ni mauvaises, mais que tout simplement elles sont ; d’ailleurs celles-ci se proposent d’utiliser avec une grande compétence des moyens quelquefois effrayants pour assurer la conservation de la vie. La sexualité et ses émanations psychiques en sont un aspect important. Toutefois, la vie exige que la sexualité, comme toutes les forces en général, ne dépasse pas son domaine propre. D’ailleurs notre moi le plus intime utilisera à cette fin son habituelle activité symbolique pour nous présenter ce domaine avec un matériel librement choisi, domaine qui par analogie sera une expression de tout ce qui se rapporte à la création en général.

Nous pouvons poser à tous les rêves la question : as-tu une signification sexuelle ? Est-ce que tu exprimes, peut-être sous une enveloppe symbolique, cette exigence fondamentale, ces puissances qui entraînent des ravages où mènent vers le bonheur ? Là où le rêve nous apparaît directement composé d’images érotiques, demandons-nous simplement ce que cela peut signifier pour nous ; pourquoi est-ce précisément cela qui nous est apparu, en quoi peut-il y avoir représentation, réduction ou compensation avec les forces primaires de l’existence. Comme nous serons naturellement enclins à voir par-

tout un sens sexuel très concret, il convient de ne pas perdre de vue qu’une image sexuelle peut aussi signifier autre chose. Nous savons que l’interprétation de la psychanalyse freudienne se fait presque exclusivement en sens inverse ? le non-sexuel devient aussi du sexuel.

Le psychiatre suédois Bjerre observe dans un livre à la fois intelligent et humain intitulé « La guérison de l’âme par le rêve » : « La constatation faite au moyen d’une analyse élémentaire que tous les rêves ont un contenu sexuel, n’est pas plus intéressante que celle qui consiste à révéler l’existence d’organes sexuels chez chaque individu ou de molécules de carbone dans les composés organiques ».

Pourtant le rôle dévolu à la sexualité sous toutes ses formes a une très grande importance ; à tel point que la non-existence de rêves à caractère sexuel peut s’interpréter ou comme une conformation parfaite à cet ordre d’exigences ou alors comme un schisme complet entre l’individu et le but naturel de la conservation de l’espèce.

Le rêve reflète également le rythme, la périodicité de la disposition amoureuse, ce flux et ce reflux continuels de la physiologie sexuelle. La phase lunaire de la femme appartient également à ce cycle ; elle a son importance dans l’interprétation des rêves de jeunes femmes soumises aux indispositions périodiques.

Pourtant, sous sa forme physique, le langage sexuel des rêves est plus rare qu’on pourrait le penser. C’est ce qui a conduit Freud à admettre que le désir est voilé et accommodé par la censure eu égard à la moralité et l’éducation plus ou moins solide du rêveur. Mais il n’en est pas tout à fait ainsi. Ce qui importe plutôt au régisseur, au créateur de nos rêves, c’est la proximité du côté instinctif et animal de nos impulsions qui explique la fréquence des allégories animales. Le taureau, le cheval, le chien, le serpent donnent une idée de la nature et de la force de ces impulsions. Il est dès lors facile d’interpréter la situation de nos forces et de nos appétits
sexuels.

Quant aux organes sexuels mêmes, c’est au monde végétal que les rêves en empruntent l’image. Il s’agit presque toujours de certains fruits et légumes déterminés et à la forme suggestive, qui servent de symbole. On trouvera les renseignements à ce sujet dans la troisième partie de notre livre. Ceux qui connaissent les expressions populaires savent que bien d’autres images, bien d’autres activités encore servent
de comparaison à ces organes et à leurs fonctions. On a souvent fait allusion à la richesse de la langue française qui ne contient pas moins de six cents expressions désignant l’acte sexuel. C’est dans l’importance même de cet acte qu’il faut voir la cause de cette diversité. Bien que très largement répandues, les expressions populaires passent pour inconvenantes ; mais le rêve s’en sert assez souvent, à la grande indignation du rêveur ou de la rêveuse. D’une manière en général très crue, l’accent est mis tantôt sur tel, tantôt sur tel autre aspect du rapprochement corporel. Mais il convient de ne pas prendre trop au sérieux ces variations picturales qui ont rarement une importance décisive ; c’est plutôt un jeu qu’un spectacle dramatique. Il vaut mieux, soit-il en passant, s’occuper d’une authentique expérience amoureuse que chercher à découvrir des- symboles sexuels dans un livre qui explique les rêves. C’est seulement lorsque les rêves parlent intensément de la vie érotique, parce que celle-ci est déréglée, qu’il convient de chercher à interpréter ces images oniriques quelquefois fort inconvenantes. La littérature psychanalytique a entraîné maint jeune homme et aussi des femmes de tout âge dans une attitude de complet dévergondage intellectuel. ? Les rêves faits par des jeunes doivent être interprétés sur un plan naturel ; à un âge plus avancé, leur contenu sexuel qualifie assez souvent une autre puissance créatrice que celle du corps.

Celui qui vénère une psychologie sexuelle dont la raison d’être est le motif de l’inceste, trouvera une confirmation éclatante de cette théorie dans un rêve célèbre fait par César. Celui-ci raconte qu’au moment de franchir le Rubicon et de porter l’attaque sur Rome, sa ville natale, il’a rêvé avoir couché avec sa mère. Il est peu probable qu’il s’est agi là d’un désir incestueux du grand chef militaire pour sa propre mère. C’est de Rome qu’il était question, Rome sa ville natale ; mené par l’élan fougueux de sa mâle volonté de domination, il avait porté la guerre en son sein, ce qui était bien pour elle un outrage monstrueux, bien que la réunion de César et de Rome ait donné naissance à un fils prodigieux : l’Empire romain.

Un exemple très édifiant d’un rêve qui semblait bien avoir un contenu sexuel est rapporté par une femme : Celle-ci était psychiquement paralysée par un malheur qui frappa en elle aussi bien la mère que l’épotise. Une nuit, un problème important se posa à elle sous la forme d’un rêve dans lequel
il y avait un homme à la silhouette indistincte, mais très sérieux qui la prit soudain dans ses bras et la féconda. Un courant brûlant traversa alors sa main et son bras. Il ne s’agissait évidemment pas d’un besoin pervers, mais bien de sa propre force virile, sérieuse qui, de l’état latent, avait trouvé à s’exprimer dans la main et le bras, instruments et symboles de travail. L’intensité de son activité productrice qui s’en suivit, dans le domaine social notamment, confirma notre hypothèse. ? De tels rêves relatant les plus extravagantes aventures érotiques sont fréquents. Si ces rencontres nocturnes sont trop absurdes, le rêveur s’inquiète d’avoir fait de tels rêves ; il n’admettra qu’une absurdité « convenable ». Mais s’il apprend à manier ces fantômes oniriques, les absurdités sexuelles prendront également un sens pour lui. Cependant il aura besoin à cet effet d’une vaste somme de connaissances dans les domaines psychologique et historique.

Il est tout à fait naturel qu’un homme peu accoutumé au langage d’une psychologie profonde soit épouvanté par certains rêves. De nombreuses personnes ayant des opinions modérées et une conscience délicate conçoivent même un réel chagrin de se voir précipitées dans les aventures de la chair et de participer à des relations strictement réprouvées. Une personnalité aussi forte que saint Augustin a pu s’étonner qu’un homme qui agit et pense selon sa conscience chrétienne, pendant le rêve, voit, pense et accomplit des actes dépassant singulièrement les cadres de son éthique. « Entre moi et moi, quelle différence ! » s’écria-t-il. « Ce n’est pas arrivé par moi, mais en moi. » On sait que saint Augustin remercia Dieu de ne pas être responsable du contenu de ses rêves.

La question se pose : Ne sommes-nous en aucune façon responsables de nos rêves ? Est-ce qu’il ne serait pas possible que ceux-ci ramènent le monde de nos impulsions avec lesquelles nous avions perdu le vrai contact, est-ce que sous une forme intensifiée, ne nous montrent-ils pas ce qui était par trop négligé ? Nos rêves peuvent changer si dans notre activité consciente nous respectons la totalité de notre être. Les rêves obscènes sont assez souvent un appel pour nous exhorter à descendre dans l’inconscient, ce petit jardin zoologique qui est en nous et où se mène une vie étrange et tapageuse ; nous verrons peut-être que tout y est à l’étroit, qu’il n’y a pas d’air, que la liberté d’expression y est totalement absente. C’est probablement pour notre salut que l’inconscient ne nous épargne aucune remontrance.

II arrive très souvent en rêve que nous ayons des aventures sexuelles avec des personnes que nous n’oserions jamais fréquenter, soit parce qu’un lien légal nous retient, soit parce que ces personnes nous semblent hors de portée ou à l’inverse trop « inférieures à nous ». Nous verrons dans le chapitre consacré à l’interprétation sur les plans objectif et subjectif que ces personnes ne sont peut-être en aucune façon signifiées, qu’il s’agit très probablement d’un aspect de nous-mêmes, par analogie. Voilà une consolation pour quelques-uns, un problème nouveau pour les autres.

Celui qui est choqué par le langage et les images sexuelles du rêve fera bien de considérer objectivement le rôle que joue la sexualité en général. L’impression laissée par les symboles sexuels est tellement marquante parce que ceux-ci expriment précisément la puissance créatrice, cette force qui maintient et perpétue la vie, qui lui donne le goût du plaisir. Qu’il s’applique à atteindre dans ce domaine également l’objectivité par ailleurs nécessaire à toutes les grandes réalisations de l’existence. Alors il ne sous-estimera plus le côté, sexuel, mais n’en fera pas non plus une divinité comme cela se passe dans beaucoup de milieux. En acquérant une connaissance plus approfondie du rêve et de la vie, il reconnaîtra dans le langage du rêve qui parle « sexuel » la figuration des forces créatrices de vie, leur côté enjoué et leur sérieux. Alors s’offrira à lui une liberté dans laquelle joueront délibérément les engagements vis-à-vis du soi et d’un toi humain, sans pour cela qu’il se fasse nécessairement l’esclave de sa sexualité.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER