L’œil, miroir de l’âme

143

Depuis la nuit des temps, l’œil a captivé, a intrigué, a effrayé… ne dit-on pas garder un oeil sur quelqu’un lorsque l’on veut le surveiller pour son bien ou ne dit-on pas avoir le mauvais œil lorsque l’on est en proie à une malchance répétitive ? L’œil est qualifié de miroir de l’âme. Les sarcophages égyptiens étaient dotés d’yeux afin que même mort l’on puisse toujours observer le monde des vivants. Les bateaux portaient un œil pour attirer les bonnes grâces de Neptune et ne pas rencontrer de tempêtes. La couleur des yeux et l’intensité du regard ont bien souvent été interprétées pour définir un caractère ou un état d’esprit. Certains metoposcopistes ont avancé des thèses mettant en parallèle la forme des yeux et le caractère de l’homme à qui appartient le regard. Ainsi de grands yeux ronds sont le signe d’une paresse manifeste et d’un tempérament hésitant. De petits yeux enfoncés trahissent un fort caractère, un grande mauvaise foi et parfois même une jalousie maladive. De petits yeux ronds sont le signe de la naïveté et d’un manque de confiance en soi. Des yeux obliques appartiennent aux êtres malintentionnés. La forme des cils jouent aussi beaucoup dans le regard, ainsi des cils relevés trahissent la prétention et un complexe de supériorité, les cils filant vers le bas indiquent une certaine pudeur et le secret.

PARTAGER