Les êtres invisibles

418

D’après l’un des grands pionniers de l’exploration du monde invisible, C. W. Leadbeater, « l’homme vit, en général sans s’en douter aucunement, au milieu d’un monde invisible immense et habité. ».
Ces créatures de l’invisible, que nous nommerons pour plus de commodité le premier peuple, sont beaucoup plus nombreuses que nous le sommes. Nous ne pouvons les distinguer du fait de leur invisibilité. Il possèdent néanmoins une forme, une substance, disons un corps (même si celui-ci n’est pas de la même matière que le nôtre), ils n’ont pas de fonctions végétatives : ils ne mangent pas, ne boivent pas, ne digèrent pas ; ils n’ont pas de « besoins du corps » ; ils ne souffrent ni du froid ni du chaud ; ils sont insaisissables et invulnérables. Pourtant, – par un étrange paradoxe – ils consomment et ont peur des coups, particulièrement des coups de balai et des coups de pointe ; pourtant, il est possible de tuer ceux qui par essence ne sont pas immortels.
Ils traversent sans difficulté la matière la plus compacte : pourtant ils ont une assiette et des attaches fixes dans certains lieux dont ils ne s’éloignent pas volontiers ; alors qu’il leur arrive aussi de faire le tour de la Terre à la vitesse de la pensée pour accomplir une mission, porter un message ; ou bien, au contraire, ils mettront une semaine pour changer de cachette dans une même pièce.
Vous comprendrez bien alors qu’un certain nombre de personne possédant la Connaissance requise, peuvent manipuler une partie de ces êtres et leur faire faire diverse tâches, allant jusqu’à leur faire faire des tâches ménagères.
On pourrait différencier plusieurs « castes » d’esprits invisibles, à savoir les âmes en peine, les formes pensées, les Esprits de la nature, des représentants en missions et enfin toutes les entités qui grouillent dans le bas astral.
Certaines personnes sont à même de les voir, de les reconnaître et de les manipuler comme bon leur semble. Ces personnes réalisent alors des choses que les cartésiens se refusent de croire, à savoir la transmission de pensée, la retrouvaille de divers objets ou personnes perdues, le rangement en un clin d’œil etc…

PARTAGER