CHÖD

77

Mot tibétain signifiant « couper l’ego ». le Chöd est un des rites dangereux pour entrer dans le Monde des rêves (Bardo des rêves). Ce rituel est complexe et comporte de nombreux éléments comme la danse, la récitation de mantras, la musique ainsi que l’usage de plusieur objets rituels.
Au début du rituel, après les préparatifs de rigueur, le célébrant se détache et détruit toutes ses fausses croyances et donne en offrande aux dakinis (déité féminine antérieure au bouddhisme importante dans les pratiques tantriques tibétaines) ces dernières sous la forme de ses propres membres qu’il visualise par la suite comme étant un répugnant cadavre duquel son esprit s’est retiré et qui se fait décapité par la déesse.
Il offre ensuite le reste de sa dépouille à tous les êtres surnaturels qu’il invite à venir consommer.
L’exécutant est alors dans un état de quasi transe et se trouve seul dans un endroit totalement isolé afin que rien ni personne ne perturbe son violent rite, sans quoi il risquerait d’y laisser sa vie ou au mieux sa santé mentale.
L’importance de cette célébration est de l’effectuer dans son intégralité et sa finalité serait d’outrepasser voir d’éliminer ses peurs et l’attachement et de développer la générosité à travers l’offrande de son corps physique à des entités surnaturelles et puissantes.
Au Tibet ce rite est accessible à des pratiquants laïques, à des moines et à des Nagpa (sorte de lamas tibétains).

PARTAGER