Reves-morts

598

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Rêves de morts

Ce ne sont pas des personnes bien portantes qui ont les rêves de mort, c’est-à-dire qui rêvent de morts ou de la mort en général, mais des personnes gravement malades dont l’état s’était approché de celui de la mort. Dans de telles circonstances de crise, l’incçnscient monte des profondeurs en vagues puissantes. Ce sont des souvenirs de jeunesse, des choses depuis longtemps oubliées et enterrées ; ceux qui apprennent qu’ils ont de justesse échappé à la mort dans un accident entendent souvent alors une musique merveilleuse. Ce peut aussi être une lumière exagérée qui inonde étrangement le malade, ou encore de grandes silhouettes qui stationnent devant la porte ; certains entendent des voix. Le présent et le passé se fondent en un tout nouveau. Il y a. des aspects qui ressemblent à ceux des rêves de fiévreux, mais en plus grand, plus important, plus déterminé.

Quand un ami allemand vint rendre visite à Gottfried Keller peu de semaines avant la mort de celui-ci, le mourant lui racontait comment « deux chevaliers aux armures d’or magnifiquement forgées se tenaient toute la nuit immobiles devant le buffet entre les deux fenêtres et ne cessaient de le regarder »… Il revenait toujours à cette apparition au cours de la conversation et parlait sans cesse de cet éclat merveilleux.

Lorsque la conscience est menacée de dissolution, il y a beaucoup d’yeux qui regardent le moribond. On est tenté d’évoquer les mille yeux du dieu Shiwa qui représente la multiplicité de la vie.

Il est souvent fait allusion à une étrange silhouette qui se tient près de la porte ou dans un coin de la pièce pendant que les images des souvenirs traversent celle-ci. On appelle cet étranger Mongole, ou Tibétain ; c’est parfois aussi un homme de peau foncée à la face immobile qui sous des cheveux d’un noir profond nous regarde fixement ; quelques-uns voient même sur sa tête une parure sacerdotale. Il n’est ni vieux ni jeune et on peut l’interpréter comme étant l’incarnation de la perpétuelle vie terrestre, la nature humaine préformée, indifférente à la vie et à la mort, se tenant toutefois au chevet du mourant avec une certaine noblesse. Parfois même cette figure est désignée comme étant le grand « médecin des yeux ».

De grands paysages, des éclaircies traversant de sombres et sauvages rochers s’ouvrent au malade, il entend des voix venant de profondeurs jamais entrevues, voit de magnifiques châteaux sur des montagnes brillamment éclairées ; quelqu’un l’exhorte à passer un fleuve ou une mer, figure qui a probablement servi autrefois à faire celle du Charon.

S’il faut en croire ce que nous racontent ceux qui ont frôlé la mort ? car ceux qui y ont succombé ne peuvent plus être questionnés ? les rêves de mort sont terribles aussi bien que merveilleux, et de plus en plus, jusqu’à être d’une « beauté supra-terrestre », selon l’expression de certains. Il semble que des images grandioses conduisent le mourant dans cette autre vie dont la mort corporelle est l’amère condition.

De tous les rêves faits par de grands malades que l’auteur a connus, en voici un qui est d’une incontestable beauté. Après cinq jours de crise, voici ce que le rêveur a noté : « Les cinq jours étaient un flot d’images grandioses. Je me trouvais sur un étroit sentier qui se faufilait entre des fnon-tagnes sauvages d’un bleu foncé. J’étais fréquemment obligé d’enjamber le bord d’un haut plateau et de descendre le versant abrupt pour passer le précipice pas à pas. Puis je me retrouvais dans un paysage automnal. Sur des fleuves descendant vers le sud se trouvaient d’antiques ponts hautement cintrés. Tout d’un coup je suis au bord de la mer et vois le soleil rougeoyant descendre vers moi. Entre cette énorme boule et moi se trouvent de fines plantes vertes ayant des fleurs rouge tendre.
« Je me trouve sur une plage, à un endroit que je connais bien, de grands poissons se dressent dans l’eau et penchent leur tête sur la digue ; sans cesse ils remontent en mouvements brusques comme s’ils voulaient m’attraper.
« Puis je me trouve de nouveau au bord d’une rivière, en automne. Une magnifique vache ou biche bleuâtre sort la tête d’un rocher par-dessus des arbres dorés et tend le cou vers l’eau, boit lentement, puis le cou et la tête rentrent dans le rocher. Je dis en rêve : voilà la vache des rochers ! Sortant d’une belle terre brune et grumeleuse, je vois s’élever la tête et le dos puissants d’un énorme éléphant. Sur les endroits de sa peau bleu-acier qui sont restés libres, il ne reste pas une miette de terre. Je suis dans le paysage d’un grand parc. Sortant des fleurs et des branches, des yeux me regardent fixement et avec indifférence. Sur la paroi d’un rocher se dessine le visage mort d’une femme dont la beauté est saisissante, et qui me regarde par-dessus la rivière. C’est
probablement le visage d’une femme aimée et morte, mais ici elle est blonde et son visage couleur de marbre doré.
« Je me trouve au milieu d’une grande enceinte et dans un coin de celle-ci se tient le mongole, immobile, avec ses épaules puissantes. Sa face est jaune-terre, et au-dessus, une calotte de cheveux noirs se termine nette et droite dans le front. Ses yeux gris et cruels sont surmontés de sourcils en forme de faucille. Il disparaît ; puis à nouveau sur les animaux et les plantes, des yeux me regardent ; chaque pavé de la rue porte un ?il. Ceci dure trois jours. J’ai l’impression de devenir fou. Je m’écrie alors : « Assez ! », A ce moment je me trouve dans une belle salle. Au-dessus de moi s’étend un plafond clair avec des dessins bruns de sgraffite ; l’orientation des lignes est dirigée vers le centre du plafond où rayonne alors un seul ?il immense d’un bleu violet, froid et tout de même cordial, sérieux mais aussi gai, l’oeil d’un dieu ou d’une vierge. Puis cette fantasmagorie prit fin ; c’était aussi la fin de la crise. »

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER