Langage des rêves

618

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Langage des rêves

Le rêve est le langage de l’inconscient que nous percevons pendant la nuit ; bien que cet inconscient ne semble rêver que pour soi-même, nous croyons qu’il nous parle. Le rêve nous apparaît alors comme une communication au cours de laquelle, ainsi que le remarque Félix Mayer, « personne n’est visible, personne n’est représenté par la pensée sauf le rêveur lui-même. »

Tous ceux qui se sont penchés sur le problème du rêve d’une façon pratique arrivent à la conclusion qu’il existe une instance supérieure qui construit et dirige le rêve. Mais il ne faudrait pas croire que cette instance a l’intention de s’adresser à nous ; cet aspect de la question sera examiné plus loin. Il paraît difficile de savoir si le rêve est le langage d’un inconscient qui se parle à lui-même en nous permettant d’y prendre part, ou si ce langage s’adresse directement à nous. Bien qu’il arrive d’entendre des voix au cours d’un rêve, le langage de celui-ci consiste bien plutôt dans une succession d’images et d’actions, que dans celle d’un langage parlé. Ces images sont baignées d’une atmosphère particulière que nous avons précisément retenue comme représentant la tonalité du rêve. Nous avons trop tendance à confondre le récit du rêve tel que nous le racontons ou le rédigeons, avec le rêve lui-même ; le récit ou la .description n’est qu’un rapport ayant trait au rêve. Contrairement à la conception de
Freud, le rêve ne représente pas seulement la manifestation d’une réalité cachée, mais il constitue en lui-même un événement complet. Il est le témoignage nocturne de l’âme. C’est pourquoi nous ne parlons pas de « façade du rêve » comme le fait la psychanalyse, façade derrière laquelle se cacherait le « contenu latent » représentant la véritable pensée du rêve.

Chaque rêve constitue une unité psychique. Ainsi lorsqu’au réveil notre mémoire n’a pu retenir du rêve que quelques bribes éparses, nous déclarons qu’il ne nous est malheureusement pas possible d’en faire un récit complet. Nous concluons par là à l’existence d’une entité, d’un monde qui a un sens et une unité. Le matériel même du rêve, c’est-à-dire ce avec quoi il est fait, peut être de provenance très diverse bien qu’il soit toujours tiré de l’expérience psychique.

Il semble que le rêve possède une connaissance infiniment large de tous les événements» de toutes les possibilités. C’est comme s’il habitait un centre d’où il serait capable d’embrasser les plus proches comme aussi les plus lointaines réalités humaines et sans cesser de se poser la question : comment vais-je traduire la situation psychique globale de cet individu avec le matériel de son expérience personnelle et supra-personnelle ? Comment puis-je exprimer clairement le développement interne de son psychisme par un agencement judicieux des différents éléments du rêve ? ,

On voudrait pouvoir comparer au conservateur omniscient d’une immense bibliothèque l’instance qui choisit le matériel
d’une main si sûre et le compose d’une manière si habile. Dans cette bibliothèque sont alors conservés les rapports concernant tous les événements de notre existence, toutes les petites remarques de notre vie quotidienne ainsi que l’état exact de nos entreprises. Les impressions faites sur nos sens y figurent également. A peine remarquées les avons-nous déjà reléguées au second plan ? qu’il s’agisse d’observations faites dans la rue ou dans la nature, dans les revues ou les journaux. Ce sont ces mille et mille détails souvent inutiles que nous avons tout juste entr’aperçus et qui composent et font avant tout notre biographie, y compris tout ce qui a fait notre éducation et tout ce passé oublié qui sommeille en nous et que le créateur des rêves saisira au passage avec perspicacité : telle vieille lettre complètement défraîchie, telle conversation tenue au cours des vacances, la notice intéressante ou la nouvelle politique du journal, les petits événements de notre jeunesse et tous ces mots innombrables que nous avons un jour lus ou entendus. Personne ne peut savoir ce qui paraît être à tout jamais enfoui dans les archives de son âme. Mais cet « archiviste » puissant tient tout ,cela à sa disposition, il peut à n’importe quel moment faire jaillir ces éléments dans un de nos rêves, les animant à nouveau de sa force.

Autrement dit, cet immense répertoire vital que nous possédons tous et que nous consultons rarement, l’auteur de nos rêves le connaît cependant page par page. Tout ce qui est nôtre, tout ce qui a eu un rapport quelconque avec notre vie constitue Y inconscient personnel. C’est du passé à l’état brut ou partiellement façonné qui se trouve refoulé par la poussée incessante des événements qui se succèdent et qui se changent en inconscient. Dans les réservoirs de l’âme, et plus ou moins près de la conscience, nos expériences passées attendent que ^le rêve ait besoin de leur contenu, de leurs personnages.

Comme chacun sait, un homme sans souvenirs est un malade psychique, un homme qui ne vit plus dans sa propre durée, qui ne peut pas profiter de ce que ses années passées lui ont apporté. Il lui manque la mémoire qui le relierait à la vie et qui est en même temps passé, présent et futur créateur. A l’homme normal qui peut en avoir besoin pour une certaine raison, les choses du passé deviennent immédiatement vivantes. Il faut savoir que même une conversation ordinaire ne peut se faire sans une continuelle référence au passé.

La plupart des gens sont entourés dans leurs appartements de tableaux, d’objets et même de personnes qui né représentent que du passé. Là aussi se conserve le rapport avec le propre développement et celui de la famille. Mais cette tradition nous entoure lors même que nous ne la nécessitons pas ; et elle peut s’opposer à un présent plus vivant et un futur riche en possibilités. Par contre le passé que le rêve puise en nous est d’une autre nature. Conformément à l’expérience, et on ne peut parler ici que par expérience, il ne ramène à la surface que ce qui peut servir au moi actuel. Que le passé ne soit pas encore assimilé et alors nous en rêvons pour le surmonter; qu’il nous donne la clé d’une situation présente par son contenu passé et que nous ayons besoin de remonter à cette origine, pour mieux comprendre le présent ; ou encore que le rêve nous présente une situation passée mais transformée, et que cette transformation si vivante est la meilleure image, le meilleur symbole pour figurer utilement les événements présents : voilà sous quelles formes pçut se présenter le passé. C’est au moyen de souvenirs personnels que la plupart des rêves tiennent leur langage. Et ces souvenirs peuvent aller du petit fait divers de la veille, dont l’impression est encore vive, jusqu’à ceux de la première enfance, c’est-à-dire aux souvenirs remontant à la deuxième année. Certains observateurs supposent que les tourments de la naissance et tout ce qui par la suite arrive au petit enfant se retrouve dans les rêves, ces éléments étant difficilement reconnaissables à l’interprétation, mais présentant une très grande importance.

Bien que le rêve soit le gardien de la tradition, il en use avec une grande liberté. Tous les événements du passé, tout ce qui autrefois a revêtu une forme vivante lui sert de matériel pour dépeindre le présent ou figurer l’avenir. Le rêveur se fait illusion quand il pense qu’un rêve le ramenant vers de beaux jours ou le mettant en présence de personnes jadis aimées, est un refuge qui lui donne le droit de se détourner d’une actualité trop riche en conflits. Le rêve figure bien plus une situation actuelle. Peut-être ces beaux rêves du passé, par leur richesse même, veulent-ils apporter au présent comme le germe d’une époque, d’une conception de vie nouvelles. ,

En ramenant le passé, le rêve rattache celui-ci au présent et à travers l’écoulement du temps, il maintient la continuité et l’unité de notre vie. Mais nous ne sommes pas seulement reliés au passé par nos événements personnels; en tant
qu’hommes, nous appartenons à l’humanité et à son histoire. Ce grand archiviste dont il a été question plus haut n’a pas seulement à sa disposition les faits et les images de notre | passé, mais il semble encore posséder la connaissance de tout ce qui a jamais pu se produire ; il est entouré par les puissantes images ancestrales de toute l’histoire humaine. C’est d’elles qu’il se sert lorsque, sur un plan individuel, se répète un événement fondamental de l’humanité.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER