De la guerre et des soldats

440

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

De la guerre et des soldats

« C’était la guerre ». Souvent le narrateur du rêve commence avec ces mots et rend compte ainsi d’une situation interne difficile. Bien sûr, tous ceux qui ont vécu la terrible misère de ces années-ci, qui se sont vus précipités dans la violence, portant en eux une douleur ineffaçable, tous ceux-là supposeront avec raison que leurs rêves de guerre sont des souvenirs, des tourments non liquidés de cette époque. Chaque nuit, des milliers et des milliers d’entre eux retrouvent leurs peines les plus affreuses. Si on cherche la signification de pareils rêves, le contexte objectif fournira les indications les plus importantes. Même chez des hommes qui ont été entraînés dans le tourbillon de ce malheur mondial, le rêve de guerre peut néanmoins figurer une situation intime très difficile. En nous, c’est la guerre ; qui n’a pas connu l’énervement résultant du combat de forces vitales antagonistes. « J’ai dû longuement combattre avec moi-même. » Mais souvent c’est par le rêve seulement que nous apprenons que la guerre existe ouvertement dans l’espace psychique. Le rêveur est souvent étonné de ces rêves guerriers. Il est d’avis que ses conflits ne sont pas si graves que cela ? mais l’âme sait mieux que lui lorsque
des décisions vitales se prennent dans ses profondeurs. Les rêves de guerre peuvent aussi avoir trait à certaines difficultés avec nos semblables. Il en est ainsi lorsque la conscience ne veut pas se rendre compte qu’il existe un différend avec notre conjoint ou notre associé d’affaires.

Dans le rêve, nous savons seulement que c’est la guerre. Nous attendons avec anxiété, croyant apercevoir la lueur rougeâtre des incendies. Des troupes passent. Derrière cette colline ou dans la forêt, l’ennemi guette. Souvent c’est la nuit, afin que l’on reconnaisse bien que le danger nous menace dans l’inconscient.

Aujourd’hui, les rêves de bombardement sont fréquents. S’il ne s’agit pas de traumatismes, il faut en chercher la signification sur un plan intérieur. Ce sont des idées, des pensées de destruction qui s’abattent sur nous, en provenance d’espaces incontrôlés de notre esprit ; il peut s’agir d’idées obsédantes, de pensées et de représentations qui nous troublent, qui nous paralysent l’espace d’un éclair. Elles menacent notre existence. Pour cette raison, lorsqu’il s’agit de rêves de bombardement, il faut bien examiner ce qu’il y a eu de fâcheux qui nous est;arrivé, qui nous est « tombé dessus comme une bombe ». Même chose en ce qui concerne les avions de combat. Ils traversent notre cerveau, passent sur nos têtes comme des bolides et peuvent nous toucher avec leurs obus. On mentionne souvent la différence entre avions amis et avions ennemis. Les avions rouges ont la plupart des fois trait à la sexualité ou à des sentiments inconscients, portés par des idées dangereuses. Dans ces sortes de rêves, le contexte et l’amplification revêtent une grande importance. De même des dessins peuvent mettre sur la voie pour trouver la chose signifiée.

Les forces psychiques en litige se servent souvent de guerriers en uniforme ; le casque est typique à ce sujet. Il symbolise les armées qui ont combattu ou combattent encore en Europe. Un rêveur racontait que dans son rêve, l’une des armées portait des casques comme au moyen-âge, recouvrant entièrement le visage et sans fentes pour les yeux, combattant aveuglément contre des troupes modernes. Une certaine sphère d’interprétation s’ensuit d’elle-même.

Souvent l’on se trouve en guerre avec des sauvages. Ce sont d’obscures peuplades rouges, provenant de nos propres régions laissées en friche ; elles nous assaillent sortant des sous-bois de nos tendances cachées et nous dominent au début par leur grand nombre.

Dans les rêves de guerre, on est soi-même combattant ou alors on ne fait que regarder. Le premier de ces cas nous paraît le plus intéressant. Le moi y est à la fois spectateur et responsable engagé dans la lutte. Ceci lui permet bien mieux d’avancer au travers de son conflit qui peut dégénérer en névrose. S’il seconde le combat d’une façon consciente, alors même en un temps de misère intérieure, la joie et le rétablissement ne sont pas très loin.

La guerre est une expérience première de toute existence. Pour cette raison, sa nature effrayante symbolise toutes les grandes, toutes les inexorables dissensions de la vie. Mais dans aucun rêve, la guerre n’est considérée avec exaltation ; il s’agit toujours d’une affaire pénible et grave. C’est pour l’âme discordante ou même par trop multiple dans ses orientations primitives, un lieu de passage amer pour atteindre à une synthèse plus élevée.

On ne rêve pas seulement de guerres, mais aussi de soldats et d’armes isolés. Le soldat inconnu pénétrant sur la scène de notre rêve symbolise une attitude de devoir, collective et uniforme. Il est soumis à une loi qu’il n’a pas créée, à une obligation qui n’existe pas primitivement dans sa conscience morale. Il se met.au pas. C’est là le sens d’un soldat isolé ou d’un groupe de soldats qui marchent. Il est quelquefois bon pour un individualiste d’être mis en face de cet aspect des choses. D’un autre côté, un tel rêve peut faire allusion à un danger d’uniformité.

Chez de jeunes personnes, les rêves de guerre ont pour la plupart une valeur positive. Une forme plus élevée de l’obéissance, par opposition à la loi individuelle, égoïste, devra s’exprimer par d’autres symboles chez de vieux rêveurs. Aux deux âges, le chef intérieur peut être qualifié de colonel ou de général. C’est une instance intérieure qui, se conformant à sa propre conception, veille sur l’enjeu des forces psychiques. S’il n’est pas conditionné par l’expérience vécue, le rêve de guerre des jeunes gens signifie leur exigence de participation à la vie collective et à ses normes. Les nombreux rêves concernant les uniformes qui vont mal, d’objets d’équipement perdus, de laisser-aller pendant la marche, de l’arrivée en retard à l’appel, sont là pour témoigner de cette exigence. Ces rêves sont souvent accompagnés d’un sentiment de peur, tant il est vrai que la vie sociale dans laquelle le jeune doit trouver sa place, est quelquefois impitoyable. Lorsqu’il s’agit de rêves concernant des soldats, il ne faut
jamais oublier que chaque rêveur est au service de son propre moi. Chez les femmes, ces rêves ont trait au problème de l’Animus. Les silhouettes d’officier désignent fréquemment une certaine faculté mentale encore inconsciente de la femme.

En ce qui concerne les armes, on se bornera à ceci|:*ce sont des moyens pour perpétrer la guerre. Là où nous’voyons’des armes isolées, que nous les possédions ou que nous les utilisions, on se trouve presque toujours en présence d’une décision psychique. Le glaive, ou une arme analogue, malgré son caractère antique, en est le symbole onirique le plus fréquent.

Si dans le rêve, on tire, il peut s’agir de décisions très soudaines qui arrivent plutôt qu’elles ne sont vouhies. Alors tout simplement, « le coup est parti ».

La psychanalyse voit dans la plupart des arrhes un symbole sexuel. Mais celles-ci ne possèdent cette signification qu’en second lieu. La désignation de l’organe masculin est la plus claire lorsqu’il s’agit de pistolets et de revolvers. Ceux-ci apparaissent dans les rêves comme un signe de tension sexuelle physiologique. A l’occasion, nous voyons se présenter dans ce sens le modèle antique de la lance.

Concernant l’équipement du guerrier, on nomme le plus souvent le casque. Des pensées de soldat, c’est-à-dire de combattant, dominent le rêveur ; mais il en est en même temps protégé.

Comme l’homme, le soldat porte ce dont il a besoin pour le combat vital. Dans certains rêves, le sac est très lourd ; il peut être chargé de choses inutiles, tout comme l’homme qui traîne maint fardeau superflu sur le chemin de sa vie. C’est ainsi que tel rêveur aurait très bien pu renoncer au chat qu’il amenait sur son havresac. A la vérité, il était question des relations avec une de ses employées ; relations qui, alors qu’il était aux prises avec la vie, l’importunaient et l’inquiétaient « derrière son dos », c’est-à-dire inconsciemment. Un autre rêveur a trouvé une meilleure solution suivant en cela les conseils d’un grand inconnu, en adjoignant à son sac beaucoup trop lourd un bout de bois en forme d’Y et qui désormais se portait bien plus facilement. Ce bois en forme d’Y est un symbole de l’union des tendances masculines et féminines dans l’âme de l’homme ; lorsqu’il aura réalisé cette union, son fardeau sera en même temps plus aisément supportable.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits



Rêves d’animaux



La mort



L’eglise et les cultes



Formes et valeurs



L’argent



Musique du rêve



Images – Livres – Thêatre – Cinema



Justice interieur



Rêves d’école et d’examens



De la guerre et des soldats



Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER