Interpretation des rêves

764

Consultez notre grand
Dictionnaire des reves
en ligne

Interpretation des rêves

Les hommes ont toujours essayé de deviner le sujet de leurs rêves, leur signification. Ils ont toujours fait preuve d’une compréhension intuitive mais étaient incapables d’expliquer convenablement ce sur quoi celle-ci fondait son mode de connaissance. Pourtant même celui qui n’a pas acquis l’art d’interpréter les rêves en a retiré et en retire un bénéfice.

Il suffit de pressentir un sens, d’en trouver une indication esquissée, pour regarder le rêve comme un phénomène digne d’attention. Mais les moyens manqueront pour approfondir, pour préciser le sens pressenti. Le danger, pour l’amateur, est avant tout celui de prendre son rêve au mot, comme s’il donnait des indications claires au sujet d’événements réels ; ainsi il pensera que le voyage du rêve prédit réellement un voyage, que l’accident se réalisera vraiment, ou que n’importe quel petit épisode onirique se transformera bientôt en événement .authentique. On peut penser à ce qu’a dit le sociologue Lévy-Bruhl au sujet d’une tribu d’indiens. Ceux-ci regardent comme un ordre impérieux le fait de réaliser jusque dans les moindres détails le contenu de leurs rêves. S’ils ne le faisaient pas, l’esprit protecteur de la tribu, et qui est à l’origine de ces rêves, pourrait se sentir offensé et songer à appliquer des punitions mortelles. On sait également que certains malades mentaux sont obsédés par l’idée de mettre en pratique leurs fantaisies morbides, même si elles sont criminelles.

Celui qui n’est ni sauvage ni fou utilisera ses rêves d’une manière plus paisible. Pourtant, en opérant souvent toutes sortes de petites modifications, il donnera au rêve la signification qu’il lui plaît de lui donner sur le moment. Il l’interprétera dans le sens de ses désirs, de ses craintes et de ses intentions. Mais les rêves sont presque toujours d’une tout autre inspiration, ils parlent de choses dont on est loin de se douter et conduisent à un monde intérieur pratiquement insoupçonné.

Aujourd’hui beaucoup de gens ont la certitude que leurs rêves sont capables de leur signifier beaucoup de choses. Ils s’efforcent de comprendre leur langage non seulement dans les grandes lignes, mais même dans les plus petits détails ; pourtant il leur manque le plus souvent l’indispensable connaissance des principales données psychologiques.

Chaque époque de la civilisation humaine possède sa propre façon de concevoir les phénomènes de la vie, phénomènes auxquels appartient également le rêve. La valeur accordée au rêve et à son interprétation dépend essentiellement de la manière dont sont appréciés les phénomènes psychiques en général. Là où l’inconscient a la prééminence devant une conscience encore embryonnaire, comme chez les peuplades primitives, le rêve nocturne peut représenter une réalité plus grande et plus puissante que les événements du jour. Lorsque la nuit et le jour sont équivalents, les phénomènes conscients et inconscients, c’est-à-dire aussi le rêve, ont des droits analogues.

Dans la haute antiquité, les rêves, leur narration et leur interprétation jouissaient d’un grand crédit. Il y avait des interprètres de métier. Certains étaient évidemment des charlatans ou des ignorants. Ce qu’on pouvait exiger de ces interprètes, la célèbre histoire du prophète Daniel en donne une idée. Nabuchodonosor, le grand souverain de l’empire assyrien, demande à ses magiciens qu’ils procèdent à l’interprétation d’un de ses rêves qu’il avait oublié, rêve qui annonçait un malheur. Il exige d’eux qu’ils le ramènent, et qu’ils ï’in-prètent ensuite. Le roi est catégorique parce que ce rêve, comme tous les grands rêves, l’inquiète, le tourmente. Daniel en devine alors ]e contenu et explique la saisissante image du colosse aux pieds d’argile comme étant l’annonce du déclin du grand empire. ? La Bible fait encore état de plusieurs rêves qui contiennent un avertissement. Le dévot en comprend le sens et agit d’après le commandement de Dieu qui lui est ainsi parvenu. Un tel commandement a été adressé à Joseph et permit à l’enfant divin d’être emmené en Egypte avant l’arrivée des sbires du grand Hérode.

A Rome, chacun pouvait communiquer au sénat un rêve qui lui paraissait être d’importance pour le destin de la patrie. Qui oserait encore faire de telles communications à son gouvernement aujourd’hui ! Pourtant l’on était d’avis autrefois avec raison croyons-nous ? qu’il pouvait également y avoir des rêves destinés à la collectivité dont on fait partie et qui possèdent une signification utile à celle-ci. Remarquons à ce propos que ceux qui ont eu l’occasion avant et pendant cette dernière guerre de connaître des rêves à contenu politique, étaient en mesure de p*révoir de nombreux événements. L’interprétation des rêves d’hommes présidant à la destinée des pays, pendant cette dernière période, était extrêmement significative. Il s’est avéré que les grands de ce monde ne peuvent rester au pouvoir qu’aussi longtemps qu’ils sont portés par l’inconscient des peuples dont l’âme s’exprime également dans les rêves.

Après les conceptions de vie collectives propres au moyen-âge, l’accent vital de la civilisation européenne, depuis la Renaissance jusqu’aux premières décades du xxe siècle, portait principalement, et en premier lieu, sur le moi. Aux exigences totalitaires de ce moi conscient, ce « cogito ergo sum », correspondait une aussi radicale dépréciation de l’inconscient. Celui-ci a tenté de se soulever par le romantisme, soulèvement inefficace parce que seulement esthétique. Plus tard, lorsque culminaient le réalisme et le matérialisme du xixe siècle, à part quelques esprits digressifs, peu nombreux étaient ceux qui voulaient voir dans le rêve autre chose qu’une réaction dont la base est physiologique : digestion insuffisante, pression urinaire, impressions auditives, chaleur et même simple changement dans la position du dormeur. Il faut en arriver à Freud qui, utilisant l’expérience de quelques psychiatres de l’époque, réhabilite le rêve en tant qu’auxiliaire du traitement médical. Sa grande ?uvre, aboutissant d’ailleurs rapidement à une conception du rêve très unilatérale et dogmatique, est à l’origine du phénomène culturel appelé Psychanalyse.

Toutes les etudes sur le theme des rêves


Les plantes – les fleurs – les fruits


Rêves d’animaux


La mort


L’eglise et les cultes


Formes et valeurs


L’argent


Musique du rêve


Images – Livres – Thêatre – Cinema


Justice interieur


Rêves d’école et d’examens


De la guerre et des soldats


Les dangers


Chemin de la vie et son orientation


Paysage du rêve


Monde des astres


Rêves de nombres


Vehicules et institutions accessoires


La maison et ses differentes pieces


Rêves de vêtements


Boissons et aliments


Maladies et blessures


Symbolisme du corps humain


Personnages connus et personnages inconnus


Apres l’interpretation


Interpretation sur le plan subjectif


Interpretation sur le plan objectif


Commentaires et associations


Le texte du rêve


Auto interpretation


Interprete


Le rêveur


Interpretation d’un groupe de rêves


Methode d’interpretation dans la psychologie complexe de Jung


Le rêve dans la psychologie individuelle d’Adler


Psychanalyse de Sigmund Freud


Interpretation des rêves


Rêves favorables – Rêves défavorables


reves-morts


Rêves d’individuation


reves-puberte


Rêves d’enfants


Grands rêves


reve-reveil


Reves de tout les jours


Intentions des rêves


Rêves de reduction


Rêves de situation


Rêve de compensation


Fonction des rêves


Amplificateur


Allégories sexuelles


Expressions populaires


Le symbole


Les archétypes


Langage des rêves


Ce qu’on oublie et ce qu’on retient


Evenement du rêve


L’état d’ame et le rêve


Durée du reve


Rêve et sommeil


Nature des rêves

PARTAGER